Vie locale - 10euros pour une crotte ramassée

Pas d’uniforme ni de lettrages sur sa voiture. Jean-Yves Monsez travaille discrètement «même si les gens me connaissent maintenant». Cet agent constatateur patrouille à Spa depuis 2009 et à Jalhay depuis un an et demi. Il traque les pollueurs et distribue chaque année des centaines d’amendes à ceux qui abandonnent des déchets sur la voie publique, ne taillent pas leurs haies ou encore ne ramassent pas les crottes de leur chien. C’est sur ce dernier point justement que sa mission va évoluer. «L’idée est de récompenser ceux qui ramassent les crottes de leur chien, car l’un des objectifs du service propreté est d’en finir avec les canettes et les déjections canines sur le domaine public», annonce Paul Mathy, l’échevin de l’Environnement en guise de prélude d’une nouvelle campagne de sensibilisation qui vient d’être lancée à Spa.

Concrètement, Jean-Yves Monsez continuera à se promener dans la ville «même tôt le matin et tard le soir à l’heure des promenades des chiens» à la recherche des inciviques. «Sauf que quand je surprendrais quelqu’un en train de ramasser les déjections canines, je pourrais lui donner une carte qui est un bon d’achat de 10 euros chez notre partenaire, l’animalerie Tom & Co», explique l’agent constatateur qui se réjouit d’annoncer une bonne nouvelle à certains citoyens plutôt que d’aller toujours au conflit. Sa mission est en effet ingrate puisqu’elle consiste à pénaliser ceux qui polluent. En fonction de la réaction du contrevenant, l’amende de base de 50euros est majorée. Par contre, dans certains cas, un supplément de 80euros peut être demandé. «Quand les gens refusent de ramasser, et ça arrive, alors je le fais moi-même et on facture ma prestation. C’est 80euros», fait savoir l’agent constatateur. Ça ne rigole pas!

Clémentine en exemple

Tandis que Jean-Yves Monsez verbalise ou récompense, les hommes de l’équipe propreté de Spa travaillent 7/7 jours pour nettoyer les 1.500 avaloirs et vider les 200 poubelles que compte la ville. Un travail auquel s’ajoute le balayage des rues à la main ou avec des engins spécifiques, le nettoyage des canisites où les chiens peuvent aller faire leurs besoins,etc.

Mais pour que la ville reste impeccable, il faut que chacun y mette du sien, souligne Charles Gardier, l’échevin de tutelle pour le Plan stratégique de sécurité et de prévention qui a présenté la nouvelle affiche de la campagne de sensibilisation dessinée par Edouard de Ponthier où apparaît Clémentine (derrière Jean-Yves Monsez sur notre photo).

Et si le bâtiment des anciens thermes est en arrière-plan, ce n’est pas par hasard. «Avoir une ville propre, ça met aussi en évidence son patrimoine», souligne Charles Gardier, par ailleurs échevin du Tourisme.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale