Vie locale - Objectif: rouvrir la brasserie de l’ex-Hôtel des Bruyères

L’Hôtel des Bruyères, à Francorchamps, c’était une institution. Pas pour son confort: il avait mal vieilli. Mais avant tout parce que l’établissement qui ne se revendiquait plus comme «hôtel» était le bâtiment où en 1920, on avait décidé que les routes reliant Spa-Francorchamps à Malmedy et Stavelot constitueraient la charpente du futur circuit. Le bâtiment a donc une valeur historique. Désormais, un timide renouveau se dessine pour lui, selon Jean Lempereur, conseil du groupe de Flavio Becca, le propriétaire du bâtiment, mais aussi du 4 étoiles l’Hôtel de la Source. L’objectif est de ne pas traîner, pour la brasserie du rez-de-chaussée: «On essaie de tout mettre en œuvre pour qu’il soit opérationnel au plus vite, en fonction de la saison.». Néanmoins, avant cela, il faudra que l’aménagement intérieur soit planifié et que le groupe Becca obtienne l’aval des administrations. Jean Lempereur a d’abord tablé sur avril, mais il a fallu revoir ses batteries.

Le flou pour le camping

Pour les niveaux supérieurs et l’ex-camping, on est davantage dans le flou. L’exploitant précédent était tombé en faillite en mai 2016. L’idée est de refaire un hôtel 1 ou 2 étoiles en complément de l’Hôtel de la Source. Cela permettrait de réaliser des économies d’échelle, par exemple pour les réservations. Du personnel pourrait aussi être affecté à l’un ou l’autre site selon les besoins. Mais avant d’avancer dans ce dossier, il faut obtenir l’aval des autorités, et notamment des pompiers. Et pour l’ex-camping? Ici, plus question de proposer un terrain frisant le confort d’une prairie. Les standards ont changé. On songe à des caravanes ressemblant à de petits chalets.

Que dit-on à la ville? Le maïeur dit ne pas avoir reçu de demande, ni pour un permis, ni pour un avis préalable, pour réoccuper tout ou partie de l’ex-hôtel ou son camping. Ceci dit, il est possible qu’il ne faille pas de permis unique ou d’environnement pour le rez-de-chaussée, avance l’échevine Élisabeth Guillaume. Quant aux étages, la partie hôtel, «ils sont fermés – fermés, insiste le maïeur. Pour raisons de sécurité.» Pour eux, il faut l’aval des pompiers. Et pour réaffecter l’ex-camping, obtenir une autorisation.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale