Vie locale - Stop à la brocante de la place du Pérou?

«Grâce-Hollogne ne doit pas être Crasse-Hollogne!» Lundi soir, au conseil communal de Grâce-Hollogne, Laurent Ponthir, le chef du groupe MR, a poussé un coup de gueule: «Je demande l’arrêt immédiat de la brocante dominicale de la place du Pérou. Voici deux mois, nous étions intervenus au conseil pour demander une solution aux nuisances sonores et de déchets qu’elle génère chaque dimanche. Rien n’a été fait, la situation est toujours aussi problématique. Il faut donc un électrochoc. Je ne suis pas opposé à la brocante, loin de là, mais elle doit se passer dans de bonnes conditions, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les riverains sont ennuyés par les brocanteurs qui arrivent sur la place en fin de nuit. Et, quand la brocante est terminée, l’après-midi, l’état de la place est lamentable, avec tous les déchets abandonnés par les brocanteurs».

Un but caritatif

La brocante de la place du Pérou existe depuis plus de vingt ans, et ses bénéfices sont redistribués aux comités scolaires. C’est donc une brocante caritative. Mais elle suscite de plus en plus de récriminations des voisins.

Pour le bourgmestre Maurice Mottard, «les échevines Quaranta et Crommelynck se sont rendues sur place pour sensibiliser les brocanteurs et les organisateurs aux bonnes pratiques. Des discussions sont en cours pour améliorer les choses, mais il n’est pas facile de révolutionner le système. Pourtant, on doit y arriver, ou alors il faut effectivement qu’on arrête la brocante. Mais provoquer un électrochoc comme le demande M. Ponthir me paraît contre-productif pour le moment. Mais il est vrai qu’il y a actuellement trop d’indiscipline

Vinciane Pirmolin, la cheffe du groupe cdH, reconnaît aussi volontiers les nuisances, mais elle insiste sur le fait que celle-ci joue un rôle social et économique. «Il y a énormément de personnes qui fréquentent cette brocante. Et, le dimanche, je pense qu’elle représente un avantage certain pour plusieurs commerçants.»

Bref, pas question d’un arrêt immédiat de la brocante, mais il est sûr qu’il va être demandé aux organisateurs d’améliorer la situation et de veiller à limiter les nuisances.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale