Vie locale - Un support météo verviétois pour trois Français au Groenland

Michael Bleret est un jeune météorologue verviétois. Depuis deux ans, il travaille comme prévisionniste pour la Défense belge. Mais il ne se limite pas à ce seul travail car il aime apprendre de nouvelles choses dans son métier. Il s’occupe notamment de la page Facebook «Info Météo».

Désireux de gravir les échelons dans son domaine, le Stembertois aime le terrain et les nouvelles expériences.

Début avril, il a été contacté par trois jeunes Français qui ont décidé d’effectuer la traversée du Groenland à… ski durant six semaines. Leur objectif est de traverser le territoire d’Ouest en Est (de Kangerlussuaq à Isortoq), le même trajet que Paul-Emile Victor en 1936. «C’est une magnifique opportunité», s’enthousiasme Michael Bleret. «On a été contacté un peu en dernière minute par ces gars qui ont besoin de recevoir des informations quotidiennes surtout au niveau de la visibilité, du vent et des températures lors de leur traversée

Les Français sont partis le 14 avril, pour clôturer leur périple le 20 mai, si la météo le permet. «Ils ont 600 km à parcourir. Un fameux défi pour eux comme pour nous car nous devons impérativement être les plus rigoureux possibles dans notre travail pour qu’ils puissent savoir à quoi s’en tenir. En effet, des vents au-delà de 60-70km/h empêchent leur avancée. En principe, ils doivent parcourir près de 20 km en moyenne par jour

Michael qui coordonne les opérations, n’est pas seul sur le suivi de cette traversée car il est accompagné de quatre autres passionnés. Il y a notamment Wim, un météorologue expérimenté qui travaille à l’IRM, et Olivier qui assure le même boulot au sein de l’armée de l’air française. Enfin, Hubert et Yves font partie de la même page Facebook (Info Meteo).

Un terrain bien particulier

«Quand nous avons parlé ensemble de cette expérience, cela nous tentait bien», se remémore le Verviétois. «Cela aurait été un peu dommage de passer à côté.» Chacun est chargé de surveiller l’expédition durant une semaine et de fournir les bulletins météo les plus fiables aux 3 randonneurs.

«Le challenge est la connaissance du terrain et le climat. Au Groenland, il y a très peu de stations météo. On regarde donc différents modèles théoriques des endroits où se trouvent nos trois Français. On compare également des situations similaires passées avec la situation actuelle et on essaye d’anticiper afin de voir si les conditions seront identiques ou pas. Cela nous permet de faire la différence», explique Michaël Bleret. «Les conditions sont assez particulières au Groenland car parfois, en cas de nuit dégagée, un puissant vent froid atteignant 150 à 200km/h peut se mettre en place, des températures pouvant descendre à moins 30ºC sont courantes en cette période de l’année… Le parcours de nos skieurs est également très difficile car la montée puis la descente sont continues de part et d’autre de l’inlandsis, une grande partie de la traversée se faisant sur le glacier...»

Dans une tempête

La première partie du voyage n’aura en tout cas pas été de tout repos pour les trois randonneurs. Ils sont rapidement tombés dans une tempête les ayant contraints à rester dans leur tente. Mais pas de quoi craindre la fin prématurée de la traversée selon Michael Bleret. «Les prochains jours seront plus calmes même si les températures vont descendre jusqu’à moins 30º. Le vent va diminuer de 60 à 30 km/h avec un ciel couvert et de faibles chutes intermittentes. On va évidemment continuer à suivre cela de plus près», assure-t-il. «Nous aimons avoir le plus de feedbacks possibles afin de savoir ce qui a ou n’a pas été. Comme je l’ai déjà dit, nous voulons être les plus précis possibles car il s’agit d’une belle expérience pour nous mais avec tout de même une grande responsabilité

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale