Vie locale - Certaines écoles ont dû créer une liste d’attente

Dès la date du 6 mars, les parents d’élèves avaient trois semaines pour inscrire leur enfant en première secondaire dans l’école de leur choix pour l’année 2017-2018. Mais tous les enfants âgés d’environ 12 ans ne pourront pas rejoindre leur école préférée. Certains établissements affichent complets! C’est le cas d’une centaine d’écoles, dont celle des Ursulines à Mons.

«Nous avons douze classes de première secondaire, explique la directrice de l’école, Cécile Piette. Nous avions donc 288 places disponibles mais en avons déclaré un petit peu moins pour notre enseignement différencié». Et en moins de trois semaines, toutes les places étaient déjà prises: «Les demandes d’inscription ont démarré en flèche dès la première semaine. Nous ne sommes pas très étonnés car lors des cinq dernières années, nous avons rapidement affiché complet. La population montoise est en plus en train de grandir».

Dans ces écoles, qui possèdent une liste d’attente, les enfants ne sont pas classés par ordre chronologique suivant la date d’inscription mais grâce à «l’indice composite». Cet indice permet de départager les demandes excédant le nombre de places déclarées disponibles. Il est surtout lié à la position géographique du domicile de l’élève.

Cette situation pose quelques problèmes. «Certains élèves, qui sont déjà aux Ursulines en primaire, sont quand même sur la liste d’attente pour le secondaire car ils ne sont pas classés en ordre utile, déplore Cécile Piette. C’est plutôt gênant. Ces étudiants, âgés d’environ 12 ans, qui doivent attendre, ne comprennent parfois pas bien la situation et se posent donc des questions».

25 élèves par classe

Pour l’instant, 39 élèves sont sur la liste d’attente des Ursulines mais la directrice se veut rassurante: «Lors des années précédentes, nous n’avons jamais laissé personne sur le carreau. Nous n’avons jamais refusé quelqu’un à la fin du mois d’août. Maintenant, peut-être que cette année, ce sera le cas. Il y a malheureusement des élèves qui ratent leur CEB et qui doivent donc recommencer leur sixième primaire. Des parents d’élèves, qui sont sur la liste d’attente, préfèrent aussi changer d’école et se tournent alors vers leur deuxième ou troisième choix». La Ciri (NDLR: commission des inscriptions) peut en plus donner des injonctions aux écoles: «Lors des années précédentes, cette commission nous a demandé d’augmenter notre capacité et d’accueillir 25 élèves par classe. Ce sera normalement encore le cas cette année».

Au collège Saint-Stanislas de Mons et à l’Athénée Royal de Dour, la situation est identique. Les 135 places disponibles au sein de l’Athénée dourois, ont déjà toutes été réservées. La direction de l’école n’en est pas surprise. «L’année dernière, nous étions dans le même cas de figure», raconte la préfète des études, Mme Simon.

Deux élèves attendant déjà sur une liste d’attente. Mais ils devraient sous doute pouvoir tout de même étudier à l’Athénée de Dour l’année prochaine.

LP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale