Vie locale - Hainaut: les mères ados sont plus nombreuses

L’Observatoire de la Santé du Hainaut a publié la semaine dernière, ses chiffres concernant la santé des habitants du Hainaut. Parmi ceux-ci, nous nous sommes intéressés à la natalité dans nos 13 communes de Mons-Borinage, et notamment, sur la santé des mamans et des bébés à naître. Sur 14.404 nouveau-nés en 5 ans chez nous, moins de 190 cas concernent des mamans qui ont moins de 18 ans. Il y en a 891 en Hainaut.

En 5 ans, 14.404 enfants ont vu le jour dans nos treize communes de Mons-Borinage. Parmi eux, 1.100 sont des naissances prématurées, 1.142 sont des bébés de petits poids (qui pèsent moins de 2,5 kilos). Moins de 190 cas concernent des accouchements chez des mères adolescentes. Si l’on étudie d’un peu plus près ces chiffres commune par commune, plusieurs tendances ressortent. La grosse entité montoise mise à part, c’est Colfontaine qui se classe en haut du podium pour le nombre de naissances. La commune est également dans le top trois concernant les accouchements chez les mères adolescentes, avec 28 cas.

« Au niveau des naissances chez les mères de moins de 18 ans, les chiffres communaux récoltés sur ces cinq années varient beaucoup d’une année à l’autre et le peu de cas recensés annuellement ne permet pas de certifier une problématique sans une analyse plus qualitative de la situation territoriale, d’autant qu’on parle ici des jeunes filles qui sont allées au terme de leur grossesse», commente Paul Berra, chargé de projet à l’Observatoire de la santé. «Il serait intéressant de croiser ces informations avec les IVG, données indisponibles au niveau communal. »

Facteurs socio-économiques

Dans des communes comme Quiévrain, les chiffres révélés ne sont en soit pas élevés, mais si l’on compare proportionnellement au nombre de naissances dans la commune, le chiffre prend une autre importance. Il y a 12 cas de mères adolescentes sur seulement 404 naissances.

Une explication peut se trouver dans le contexte socio-économique des jeunes filles. «

La littérature montre qu’il existe des liens entre une certaine précarité socio-économique, liée aux faibles revenus ou encore au faible niveau d’instruction et le fait d’avoir un enfant en étant adolescent. Pour ces jeunes filles, devenir mère, c’est une manière de retrouver un nouveau statut social. Elles peuvent avoir des difficultés financières, elles sont en décrochage scolaire, elles sont dans l’attente d’une reconnaissance qu’elles obtiennent avec un bébé », détaille Paul Berra.

Attention que pour Honnelles, Jurbise, Quévy et Lens il y a moins de 5 cas sur les 5 années étudiées. Aucun nombre précis n’est disponible. Il faudrait des années d’études pour obtenir des chiffres plus significatifs.

Parmi les autres chiffres, l’Observatoire de la santé souligne le nombre de bébés présentant un petit poids. Mons, Colfontaine, Boussu et Frameries sont en tête. Les communes qui présentent le moins de bébés avec un petit poids sont Lens, Hensies ou encore Honnelles.

« Dans ces communes, les données sur les petits poids à la naissance, inférieurs à 2.500 g et les bébés prématurés, soit moins de 35 semaines de grossesse, ne montrent pas de différences significatives par rapport au reste du Hainaut ».

LP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale