Vie locale - Un succès dans la fonction publique

Le nombre de télétravailleurs dans la fonction publique n’a jamais été aussi élevé. Et cette tendance devrait se confirmer dans les années à venir.

Flexibilité, journées moins stressantes, augmentation de la concentration, une meilleure combinaison entre le travail et la vie privée, moins de déplacements… Les avantages du télétravail ne manquent pas. Et au sein de nos institutions, il a la cote.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: en 2009, 1.027 travailleurs actifs au sein de services fédéraux ont pu effectuer au moins un jour de télétravail sur l’année. En 2013, ils étaient 6.137. Et en 2016, ils sont devenus… 21.288!

Au niveau wallon, même succès. « À l’heure actuelle, on a 1.228 agents qui bénéficient du télétravail sur un total de 9.623 agents », explique le porte-parole du Service Public de Wallonie Nicolas Yernaux. Plus d’un fonctionnaire sur 10 (13% plus précisément) peut travailler au moins un jour par semaine de chez lui. « On a lancé la possibilité de faire du télétravail en 2009. À la base, on l’accordait d’abord aux agents qui venaient de loin. Maintenant, on ne se base plus du tout sur ce critère, mais plutôt sur le bien-être du travailleur. Des gens qui habitent à 10-15 km peuvent faire du télétravail, tant que cela ne pose pas de problème pour leur mission. Au maximum, ils ont droit à trois jours de télétravail par semaine, mais la plupart n’ont qu’un jour ou deux.»

Au niveau fédéral, s’il y a bien un service où le télétravail a littéralement explosé, c’est au SPF Finances. Avant fin 2011, aucun des employés de l’institution n’effectuait son travail à domicile.

En 2016, presque un fonctionnaire du SPF Finances sur deux (10.757 personnes sur 22.000 employés) avait effectué au moins un jour de télétravail sur l’année.

Les raisons

Plusieurs raisons expliquent ce véritable boom. Tout d’abord, avec l’évolution technologique, travailler de chez soi tout en étant en contact avec ses collègues n’a jamais été aussi simple. Ensuite, l’option du télétravail est encouragée par les politiques fédérales et wallonnes. « Mais on ne pousse pas les fonctionnaires à faire du télétravail, c’est une possibilité que l’on offre », précise la porte-parole du ministre fédéral de la fonction publique Steven Vandeput. « Ce n’est déjà par exemple pas possible pour tous les emplois, comme le personnel de l’accueil qui se doit d’être présent physiquement.» L’autre grande raison qui explique cette augmentation, c’est la procédure pour demander un jour de télétravail qui a été grandement simplifiée. C’est ce que nous explique la porte-parole du SPF Finances, Florence Angelici:

« Avant, il fallait faire une demande par écrit un jour à l’avance, etc. Maintenant, on fait la demande via une application interne. En deux clics, (et avec l’accord du responsable, NDLR) c’est fait.»

Et la tendance au télétravail devrait encore se renforcer à l’avenir. « Chaque année, il y a un appel à candidatures. Et aujourd’hui, nous avons déjà 300 demandes supplémentaires pour 2018… », indique Nicolas Yernaux pour le SPW.

SP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale