Vie locale - Ils sont pompiers et… cyclistes!

Comme quoi on peut partager sa passion avec ses collègues! C’est en tout cas ce qui se fait maintenant au sein de la zone Val de Sambre. Ils étaient quelques-uns à être des férus de deux roues, ils en ont convertis d’autres et pas moins de 23 hommes du feu sont devenus des pompiers-cyclistes!

Non, ils n’interviendront pas sur les incendies ou les accidents à vélo! Ils sont 23 pompiers de la zone Val de Sambre, ils viennent de créer une équipe de cyclos au sein de la caserne, histoire de partager un esprit de convivialité, une amitié, une passion ensemble en dehors du boulot.

«On était quelques-uns au sein de la zone à aimer le vélo. Il y en a un qui préfère le VTT, l’autre des courses, un troisième des longues distances, un autre des plus courtes et l’idée a germé comme ça», explique Laurent Duchesne.

Ils en ont parlé autour d’eux et aujourd’hui, ils sont 23 à composer une équipe au nom de la zone Val de Sambre (qui pour rappel couvre les communes de Sambreville, Sombreffe, Fosses-la-Ville, Floreffe, Mettet, Jemeppe-sur-Sambre).

«Les pompiers de Namur ont un club, nous, on commence par une équipe, on verra ce que ça donne», sourit Laurent.

«Il nous fallait une identité, on a eu l’accord du colonel Marc Gilbert pour utiliser le nom de la zone.»

Ce mardi soir, ils ont reçu leurs équipements complets. Une tenue rendue possible grâce aux différents sponsors. «La zone n’a pas dû débourser d’argent. Nous tenons à remercier l’AD Delhaize de Fosses-la-Ville, Expert Bel et Win.»

Ils ont un vélo, une tenue, une identité, des muscles et ensuite?

«L’idée, c’est vraiment de partager un moment ensemble. Tiens j’ai envie d’aller rouler demain après-midi, qui vient avec moi? On s’envoie un mail et on part.»

Dix, vingt, quarante, soixante ou cent kilomètres, peu importe la distance, ils restent solidaires.

Exit les grades

«Tout le monde n’a pas le même niveau. On souhaiterait rouler en Audax, c’est-à-dire avec une certaine régularité de 20 à 22 km/h. Ceux qui sont plus à l’aise attendront les novices. Au-dessus d’une côte, on les attendra, on ira les rechercher, même s’ils poussent leur vélo!»

Et pas question de supériorité! «A vélo, pas de grade! On les oublie. Ça doit rester un moment convivial. On parle de tout sauf du boulot. Cela permet aussi d’apprendre à se connaître.»

Et d’entretenir sa forme!

D’autres projets pourraient voir le jour, par exemple organiser une course propre. «Avec plusieurs parcours sur route et pour les VTT. Ce sont des choses auxquelles nous réfléchissons et dont nous allons parler avec l’Amicale. Pourquoi ne pas faire ça lors des portes ouvertes?»

Il se murmure déjà en coulisses que le groupe pourrait s’agrandir prochainement.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale