Vie locale - Viroinval se met dans la tourmente

La préparation des commémorations autour des deux guerres mondiales va bon train un peu partout. Sur l’entité de Viroinval, le programme reprend en mai.

Le premier rendez-vous se déroulera au Centre culturel Action-Sud à Nismes où les élèves de 4e, 5e et 6e primaire des écoles communales de l’entité joueront la pièce « Viroinval dans la tourmente », le vendredi 5 mai. Il ne s’agit pas ici d’une « simple » représentation théâtrale scolaire… Le projet va plus loin, initié et porté par deux citoyennes de Viroinval, Martine Dardenne et Viviane Lardinois. Celles-ci ont, en effet, à cœur de perpétuer le devoir de mémoire sur leur commune. Elles ont pour cela effectué, avec l’aide d’historiens locaux, des recherches sur plusieurs faits qui se sont déroulés durant la guerre 14-18 dans chacun des villages de l’entité. Parallèlement, une cinquantaine d’enfants des écoles ont été sensibilisés et touchés par ce devoir de mémoire et par les terribles souvenirs ancrés dans les mémoires de leurs aïeux. Pour mettre des images, des mots, des sensations sur ces souvenirs d’une période tragique de notre histoire qu’ils n’ont (fort heureusement) pas vécue, les enfants avaient besoin d’aller plus loin et de sortir des livres d’histoire. Ils ont donc été invités à interroger leurs grands-parents sur cette période trouble de l’Histoire. Une liste de plusieurs événements et anecdotes a été présentée dans chaque classe et les élèves ont sélectionné quelques-uns de ces récits, qu’ils se sont véritablement «réappropriés» avec leurs propres mots. Ils ont été accompagnés dans ce travail par la Compagnie Buissonnière de Houyet durant tout ce processus créatif, donnant peu à peu forme à un spectacle théâtral porté par les enfants eux-mêmes, véritables chevilles ouvrières de ce projet. Celui-ci présentera donc des faits historiques marquants ou moins représentatifs des combats d’armes mais plutôt de la vie quotidienne des Viroinvalois.

Des lieux changés d’affectation

Les recherches menées par Martine et Viviane ont, par exemple, montré que le château de la baronne de Mesnil de Volkrange était transformé en infirmerie, ou encore que les corps de soldats allemands tués étaient cachés dans les granges et sous les tas de fumier pour éviter les représailles de l’envahisseur envers les habitants locaux, que la population a du faire face à l’arrivée massive de réfugiés. Ce sont ces récits, ces histoires, ces moments de vie et de mort, que les élèves joueront sur la scène du Centre culturel Action-Sud.

Le 5/5 au Centre culturel Action-Sud, vendredi 5 mai, 20h, entrée gratuite - Tél. : 060 31 01 63 – Courriel : communication@action-sud.be - Ou sur www.action-sud.be

CaT - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale