Vie locale - Hamois se souvient de ses réfugiés français de 1917

En cette année 2017, la commune de Hamois se souvient des tragiques événements qui ont secoué la région voici tout juste un siècle, à la fin de la Première Guerre Mondiale. Ce vendredi 12 mai à 14h30, sur la place devant l’église de Natoye, rue de Spontin, aura lieu une cérémonie franco-belge d’inauguration de la plaque commémorative et du panneau explicatif de l’arrivée, dans les villages de l’entité de Hamois en 1917, des évacués français de l’Aisne et du Pas-de Calais. Une conférence sur ce sujet précis sera donnée à 18 h à l’OCTC, l’Office Communal du Tourisme et de la Culture (rue de Hubinne, 25 à Hamois).

Cet exode est un événement méconnu de la Grande Guerre mais est pourtant loin d’être anecdotique. En 1917, ces citoyens français avaient alors été chassés de leur pays par l’occupant allemand suite au repositionnement d’une ligne de front. 143.000 personnes ont alors été évacuées de force vers la Belgique, dont 41.000 vers la province de Namur. C’est ainsi que près de 3.000 personnes sont arrivées et réparties dans les villages de l’entité hamoisienne au printemps 1917. On a compté ainsi 528 réfugiés français à Natoye et 259 à Mohiville. Ils ont été transportés jusque-là en wagons à bestiaux, sommairement aménagés. Plusieurs personnes âgées n’ont pas survécu à ce voyage. Bien que subissant aussi les affres de l’occupation, la population locale a bien accueilli les évacués, même s’il faut reconnaître que le choc culturel de la rencontre avec des populations issues des corons miniers du Pas-de-Calais a été important. Le retour vers la France s’est étalé du mois d’août 1917 jusqu’en 1919 par petits groupes.

Deux expositions à découvrir

À noter que du 6 mai au 5 juin, de 14h à 18h, on peut visiter, à l’OCTC, l’exposition «1917, le tournant de la guerre» et l’exposition itinérante de la province de Namur consacrée à «14-18, le grand brassage des populations.»

1917 a été une année de guerre très dense. Outre l’arrivée des réfugiés français chassés de leur région vers le Condroz, d’autres thèmes sont abordés, comme les grandes offensives alliées, la guerre sous-marine, l’entrée des U.S.A. dans le conflit, l’aviation, l’artillerie, l’artisanat de tranchées… Entre autres, une trentaine de panneaux explicatifs, rehaussés de photos et documents souvent inédits seront proposés aux visiteurs en parallèle à une vingtaine de vitrines renfermant des objets et des documents d’époque et parfois rares. Une surprise de taille accueillera les visiteurs: un gros canon allemand de calibre 105 mm, pesant 3,5 tonnes et mesurant 7,40 mètres, prêté par le Musée Royal de l’Armée, sera présenté dans son état d’origine.

En outre, la conférence «Retour à Sarajevo: éclairage sur l’échec yougoslave» sera tenue le vendredi 19 mai à 20h.

La visite des expositions et l’entrée aux conférences sont gratuites.

G.I. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale