Vie locale - «L’Arabelle by Léopold 7» de nouveau disponible

Lancée l’été dernier, la bière Arabelle by Léopold 7, fruit d’une collaboration entre la cheffe étoilée et la brasserie de Marsinne, a rencontré un franc succès.

«Elle a bien fonctionné en apéritif, quand il y avait un rayon de soleil en terrasse. Les clients me la réclamaient», confirme Arabelle Meirlaen qui a donné son nom à ce breuvage censé être éphémère. «L’Arabelle ne devait être proposée que l’été dernier mais vu la demande, nous avons décidé de la relancer cette année, depuis quinze jours et jusque fin août environ. Cela devient une éphémère annuelle», sourit Nicolas Declercq, co-fondateur de la brasserie de Marsinne. Élaborée avec Arabelle Meirlaen, la recette de cette blonde légère, peu alcoolisée (4,5%) a un peu évolué dans ses proportions. «Nous avons rajouté de la bergamote et du gingembre et retiré du froment», indique-t-il. «J’apprécie la fraîcheur, l’élégance de cette blonde avec de fines bulles, le côté subtil du gingembre et de la bergamote qui s’accorde avec les plats iodés et les herbes et fleurs du jardin. Elle correspond à l’esprit de ma cuisine en symbiose avec la nature et le corps. C’est une fierté d’avoir une bière à mon nom», commente pour sa part la cheffe étoilée.

Toujours au fût

La bière a été brassée en décembre, période de la bergamote. «Nous avons produit 2.000 petits litres et toujours au fût.» Si la bière se vend bien, pourquoi ne pas en lancer en bouteilles? «Car nos bouteilles Léopold 7 sont sérigraphiées, or le taux d’alcool n’est pas le même. Et aussi parce que nous souhaitons que l’Arabelle reste une bière éphémère, le brassage étant assez long. Il demande de faire du jus, gratter des zestes, filtrer beaucoup, etc. Nos mains s’en rappellent», évoque Nicolas Declercq.

L’Arabelle est disponible au restaurant homonyme (1 étoile) à Marchin mais aussi au Jazz Matazz, devenu vitrine de la brasserie de Couthuin qui a récemment repris ce café de la Grand’Place de Huy, et au Golf Naxhelet de Wanze.

«Nous referons un concours comme l’an passé, avec un menu all-in chez Arabelle en jeu», annonce-t-il encore.

Nicolas Declercq compte multiplier les mousses éphémères: «Depuis que nous avons repris le Jazz Matazz, le but est de faire tourner des bières éphémères pour apporter du renouveau. Nous souhaitons notamment en créer une avec le chef Julien Lahire, du Moulin Hideux (Bouillon) et pourquoi pas avec des artistes, des musiciens…».

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale