Vie locale - Les fraises de Mathieu et Camille ont le vent en poupe

La saison des fraises est ouverte depuis quelques semaines. Et si dans le Namurois, il n’y en a que pour les fraises de Wépion, sachez désormais qu’à Graux (Mettet), un jeune agriculteur cultive des fraises avec son épouse depuis un an. Les fraises de Graux sont déjà victimes de leur succès.

Mathieu Gillis et son épouse Camille se sont lancés dans la culture des fraises en 2016. Les deux jeunes agriculteurs respectivement âgés de 28 et 25 ans souhaitaient diversifier leur activité.

«Vu la conjoncture agricole, on ne saura jamais faire une exploitation comme celle que mes beaux-parents ont connue. Tout le monde a tendance maintenant à se diversifier et à retourner vers la vente directe», explique Mathieu.

La ferme de ses beaux-parents, la ferme de la Cour située à Graux, est principalement active dans la culture et l’engraissement. Depuis l’année dernière, les fraises se sont fait une place à côté du froment et des nombreux taureaux.

«C’est Camille qui a eu l’idée des fraises. Nous avons commencé par 10 ares l’an dernier, et cette année nous sommes à 20 ares, soit le double de la surface cultivée au départ.» La preuve que la demande est bien là. Les fraises de Graux, bien rouges et bien sucrées, plaisent tellement qu’elles sont déjà victimes de leur succès.

À tel point que l’année prochaine, Camille et Mathieu ont l’intention d’augmenter encore le nombre de plants cultivés pour satisfaire la demande.

«Pour l’instant nous sommes à 8.000 plants de fraises, l’année prochaine on devrait être à 9.500 voire 10.000 plants», indique Mathieu.

Mais se lancer dans la culture de fraises ne s’improvise pas.

Camille et Mathieu ont suivi des formations du GFW (le groupement des fraisiéristes wallons). Un cultivateur de Lesve (Namur) actif depuis 35 ans leur a donné quelques astuces.

Les fraises de Graux sont cultivées en famille, tout le monde met la main à la pâte, même les beaux-parents de Mathieu. Une cueilleuse a été engagée pour les périodes où la cueillette est plus intensive. Les fraises sont vendues directement à la ferme, tous les jours à partir de 10h au prix de 5€ la barquette de 500 gr.

Des confitures avec les fraises moins jolies

Avec les fraises moins présentables, des confitures sont concoctées et également vendues à la ferme au prix de 4€ le pot.

Mathieu et Camille vendent aussi leurs fraises aux établissements Rigaux et à l’Intermarché de Mettet. Le boulanger-pâtissier Wilmot de Mettet achète des fraises à Mathieu et Camille pour préparer des desserts.

Disponibles tous les jours à partir de 10h jusqu’à épuisement des stocks à la ferme de la Cour, rue du Poirier Saint-Etienne nº10 à Graux.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale