Vie locale - Le RUE est presque terminé: l’avenir est dans la mixité

Fin 2015, le conseil communal d’Awans votait la réalisation, par un bureau d’études indépendant, d’un rapport urbanistique et environnemental (RUE) pour faire la «photo», en toute neutralité, du développement économique croissant le long de la Nationale 3 et des soucis de mobilité que cet essor engendre.

Ce RUE est quasi bouclé. Résultat: si on laisse croître davantage les différents centres commerciaux (quatre à côté l’un de l’autre à Awans), d’ici dix ans – comme le soulignait déjà le Schéma de développement territorial (SDT) de Liège-Métropole, réalisé par le bureau Pluris–, on se retrouvera avec l’équivalent de neuf shopping-centers du volume de celui du Cora… Une saturation qui n’est économiquement pas viable.

Différents scénarios sont envisagés par Impact, l’auteur du RUE.

«Laisser le commerce actuel s’étendre mènerait à 100.000 m2 (10ha) de surfaces commerciales, soit 40% de plus qu’à l’heure actuelle, explique Catherine Streel (MR), échevine de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et de la Mobilité. Ce qui va complètement à l’encontre des recommandations du SDT (et des études du SEGEFA à l’ULg, Ndlr). Et ça compliquerait les problèmes de mobilité déjà présents

PME, artisans et boutiques

Le Fonctionnaire-délégué de la Région wallonne avait conseillé à la commune de faire ce RUE, histoire d’y voir plus clair suite au MasterPlan réalisé par les promoteurs des différents centres commerciaux d’Awans, dont certains sont en demande d’expansion.

Au niveau mobilité – enjeu majeur de ce RUE, il apparaît qu’à l’heure actuelle, d’importantes «remontées de files» se forment sur la N3 depuis le Roua Shopping Center jusqu’au rond-point (N3i/rue d’Oupeye), bien qu’il ait été élargi à deux bandes.

Une extension des centres commerciaux engorgerait davantage le trafic, jusque dans les entrées/sorties de la E40, mais aussi vers la rue des Moulins (déjà saturée) et les futures voies intérieures entre les différents shoppings.

Réunion publique en mai

«L’idéal, selon le rapport, serait de mettre du non-commercial sur ces terrains qui sont en zone mixte, tels des PME et de l’artisanat, poursuit l’échevine, il n’y aurait alors aucun souci de mobilité.

Le dernier scénario étudié est un mixte entre des PME (60%) et du commerce (40%), limité et réfléchi, complémentaire à ce qui existe déjà, et plutôt des boutiques de petits indépendants et des artisans. On n’a, par exemple, pas de fleuriste, ni de parfumerie. Mais doubler ou tripler l’offre actuelle, c’est de l’inconscience. En plus, ça ne crée pas d’emplois: ça les déplace, tout comme la clientèle

Le RUE a été discuté ce jeudi en Collège, qui s’est accordé sur sa phase-test. Une réunion d’information sera organisée le mois prochain pour les habitants en vue de l’enquête publique.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale