Vie locale - Bruno, tatoueur exotique de la convention!

La convention tatouage de La Louvière fait son chemin et chaque année, de nombreux tatoueurs marquent la date de ces deux jours de festivités dans leur agenda.

De même, la convention attire de nouvelles têtes très régulièrement dont des personnes venues de l’étranger. Hollandais, Grecs, Américains… et Argentins. Les propriétaires de studios viennent de partout dans le monde.

«Bruno Zek», un tatoueur argentin, a posé pour la première fois cette année son matériel dans un petit coin de la salle omnisports de Bouvy. «Cela fait deux mois maintenant que je voyage à travers l’Europe», explique-t-il. «J’ai commencé à Athènes, puis Prague et enfin ici. J’ai trouvé l’événement sur internet et j’ai contacté les organisateurs qui ont tout de suite dit oui. Je poursuivrai mon périple encore un peu avant de rentrer en Argentine au mois de juillet.»

Bruno a logé chez l’habitant l’espace de quelques jours, le temps de nous présenter son travail. Faire le tour des conventions tatouages à travers le monde est devenu une habitude. «J’ai déjà réalisé un petit tour en Amérique du Sud en passant par le Guatemala, L’Uruguay, Le Panama etc. J’aime voyager. J’aime travailler dans d’autres pays, connaître d’autres cultures, comment les gens vivent… Le tatouage est un moyen pour rencontrer des tas de gens.»

Et au cours de ses nombreux voyages, Bruno a également appris à connaître les différentes cultures liées au tatouage. «En Europe, le tatouage existe et se répand depuis bien longtemps. Chez nous, en Argentine, c’est beaucoup plus récent. Les salons de tatouage existent depuis moins longtemps.»

20 ans d’expérience

L’Argentin, aujourd’hui âgé de 35 ans, pratique des tatouages depuis près de 20 ans. Il avait en effet 15 ans quand il a réalisé son tout premier dessin.

Cet homme expérimenté a également son public cible. «Je préfère tatouer des gens de vingt ans ou plus. Ils ont une idée beaucoup plus précise de ce qu’ils veulent faire. Quand on est adolescent, les designs sont souvent les mêmes. On répond à une logique de mode. En grandissant, le tatouage a une autre signification. Ma spécialité, je dirai que ce sont des tatouages traditionnels et réalistes. Quelque part entre ces deux tendances. Je préfère aussi des tatous plus imposants en général.» En effet, Bruno aura réalisé environs six tatouages par journée, certains pouvant prendre plusieurs heures. «Le plus long que j’ai réalisé aujourd’hui était un tatouage de deux heures environs. En convention, on fait rarement des tatouages plus longs. L’objectif est d’en faire un maximum, pour connaître le plus de monde possible…»

Il faut dire aussi que les amateurs du travail de Bruno auront peu de chance de retourner dans son studio pour prendre un rendez-vous…

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale