Vie locale - Le nouveau boss de la police de Ciney

Cela fait trois mois que Jean-Pierre Descy a pris ses fonctions de chef de zone de la police Condroz-Famenne. Une zone rurale, mais étendue (423km) et avec une population en augmentation (34.000 habitants). Installé à Namur, ce Cinacien d’origine, devient ainsi le boss de 102 personnes (dont 84 sont opérationnelles). Depuis son arrivée, celui qui était auparavant chef d’une équipe chargée de la lutte contre le trafic d’armes au sein de la section grand banditisme de la police fédérale de Bruxelles, a surtout pris la température de la zone. Il a d’ailleurs rencontré personnellement chaque membre du personnel durant une demi-heure. Aujourd’hui, il a une idée claire des défis qui l’attendent.

Déménagement du commisariat de Ciney

Le principal défi sera le déménagement du commissariat de Ciney qui vient d’être confirmé par le bourgmestre, Jean-Marie Cheffert. «Il doit encore être acté par le conseil de police, mais tout laisse à penser que nous pourrions emménager début 2018 dans les locaux du CPAS», confirme-t-il.

Ce déménagement n’est en effet pas une mince affaire car il ne s’agit pas uniquement de transférer des bureaux. «Nous devrons sécuriser les lieux en fonction d’une analyse et d’un rapport réalisé par un service de la police fédérale». Ce déménagement correspond également à une volonté de centralisation des services de police de la zone pour une plus grande efficacité opérationnelle. «Il faudrait que nous allions tous ensemble dans cette direction en déménageant tous les services d’intervention dans un même temps. Les commissariats d’Hamois, Havelange et Somme-Leuze garderaient les agents de quartier avec lesquels il faudra intensifier la communication.»

Pour l’instant, et ce n’est un secret pour personne à Ciney, le commissariat n’est plus adapté au travail que la police doit mener aujourd’hui. «Le bâtiment date et est devenu trop exigu.» Les suspects n’ont pas non plus un complexe cellulaire séparé du reste mais doivent encore se balader d’un bout à l’autre du bâtiment, au risque de croiser des victimes, par exemple. Le local qui accueille le centre opérationnel n’est pas non plus des plus adaptés.

Le nouveau numéro 1 de la police devra aussi remplir sa mission de management. «J’ai beaucoup appris à ce sujet lors de mon passage dans le privé». Jean-Pierre Descy a, durant deux ans à la tête de l’équipe de sécurité de TNT à l’aéroport de Bierset. «Mais j’ai vite compris que les enjeux étaient plus superficiels. J’ai voulu revenir vers des enjeux plus humains, la protection des personnes.» L’essence même d’une police locale.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale