Vie locale - Un chantier en suspens depuis des semaines

Depuis plusieurs semaines, le chantier est en suspens. Lors d’une conférence de presse, la société Castagnetti, en charge de la démolition et devenue propriétaire des pierres du château, a annoncé qu’elle était en négociation avec un potentiel investisseur, Luc Lavroff. Ce dernier souhaitait acheter les pierres du château et remonter ce dernier en Espagne, à Marbella, afin d’en faire un hôtel de luxe pour la jet-set. «C’était une idée géniale! Nous avons eu cette option d’achat une semaine après notre conférence de presse de novembre», expliquait Reginald Roten, le directeur de la société Castagnetti. «On en a parlé au propriétaire du château (le comte de Liedekerke Beaufort, NDLR) qui nous a permis de négocier.»

Mais cette lueur d’espoir s’est rapidement éteinte. L’investisseur en question a été frappé par la maladie et a décidé de se retirer du projet.

Cagnotte insuffisante

Retour à la case départ pour la société Castagnetti, qui n’a toujours pas honoré le contrat de démolition. Une nouvelle fois, la société a décidé de proposer aux amoureux de Noisy de racheter les pièces. Une cagnotte participative a été lancée afin de récolter les... 4.850.000 d’euros HTVA.

Mais la somme à récolter étant astronomique, cette piste ne semble pas envisageable. Jusqu’à présent, les 2.153€ récoltés sont loin d’être suffisants pour le sauver. La cagnotte prend fin le 30 juin prochain.

Même si la commune de Houyet annule le permis de démolition, cela ne fera que retarder l’échéance. Mais les défenseurs du château ne sont pas du genre à baisser les bras...

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale