Vie locale - Les mini maisons ont la cote

Le concept des mini maisons – « Tiny Houses » en Anglais dans le texte – a vu le jour aux Etats-Unis en 1999, inspiré en partie de la dévastation causée par l’ouragan Katrina. C’est l’architecte Jay Shaffer qui, le premier, réalise l’exploit de construire une maison qui, en matière d’aménagement, n’a rien à envier à une grande mais dont la surface n’excède pas les 10 m2. Ces constructions, le plus souvent plantées sur roues, ont tout pour séduire les écolos mais pas que ces derniers. Elles sont aussi une réponse à la crise du logement qui sévit en Occident.

Fusion entre la cabane et la roulotte, la micro maison n’en respecte pas moins tous les principes de base de l’architecture. De manière générale, elle est constituée d’un toit à deux pentes couvrant une large pièce.

Laquelle est dotée d’une chambre en mezzanine et d’une pièce d’eau séparée. Tout y est. Y compris, pour certaines d’entres elles, une terrasse en bois escamotable. Cerise sur le gâteau, les Tiny Houses ne risquent pas de vous rendre claustrophobes. L’éclatement des murs, grâce à de nombreuses et larges baies, procure en outre une agréable sensation d’espace.

La plupart des mini maisons sont montées sur roues. On les déplace au gré de ses envies ou des opportunités urbanistiques. Elles peuvent même vous suivre en vacances. Assimilées aux caravanes, elles ne nécessitent pas de permis de construire. Les critères auxquelles elles répondent de fait - réduction de l’espace, durabilité de l’habitat et coût abordable – font qu’elles ont évidemment séduit les écologistes de tous bords. Reste que peu de ces constructions du futur sont utilisées à titre d’habitation principale. Leur utilisation première étant plus celle de maisons de vacances ou de dépendances qu’on installe au fond du jardin.

Belles et auto-suffisantes

Reste que le succès de ces micros habitations ne se dément pas et, si la Belgique ne compte pas encore de fabricant local, les carnets de commande de ceux qui, outre-Quiévrain, ont choisi ce créneau forcément étroit ne désemplissent pas. Le coût d’une telle construction varie de 25.000 à 40.000 euros. Plus spacieuses qu'une roulotte, plus durables qu'une caravane, les maisons miniatures voient leur poids limité à 3,5 tonnes. Pour cette raison, elles sont dotées d’une ossature en bois doublée d’une isolation haute performance.

La plupart des mini maisons sont par ailleurs dotées de panneaux solaires et de système de recyclage des eaux de pluies. Ce qui les rend autosuffisantes. En France, où la crise du logement se fait sentir plus cruellement que chez nous, elles représentent une opportunité de devenir propriétaire, sans pour ça s’endetter sur 20 ou 30 ans. Le sentiment de liberté qu’évoquent tous les propriétaires de Tiny Houses ne tient pas qu’à leur vocation nomade. Le peu d’espace dont elles disposent implique de faire un choix parmi ses possessions et de se délester d’une bonne part des objets qui encombrent les habitations classiques. Au Canada, jamais en retard sur ce type de tendances « vertes », un quartier vient d’être créé à Sainte-Brigitte-de-Laval, une bourgade au nord de Québec, qui est destiné à n’accueillir que des mini maisons. C’est le premier au monde de ce type.

Des maisons bio qui font un carton

Cette fois, c’est une entreprise néerlandaise, Fiction Factory, qui est à l’origine de ce projet de maisons écologiques entièrement habillées de carton. La société en question est depuis longtemps spécialisée en décor de carton quand elle a l’idée de la « Wikkelhouse ». Un projet tout ce qu’il y a de sérieux, puisque ces petites maisons, par ailleurs à la pointe du design, sont présentées comme une alternative sérieuse et durable au béton autant qu’à la brique.

Pour parvenir à leurs fins, les concepteurs ont commencé par mettre au point un gabarit commun, modulable à l’infini. A la clé, pas moins de 24 couches de carton assemblées à l’aide d’une super colle écologique. Une fois l’emballage terminé, on pulvérise un imperméabilisant et la maison toute entière est bardée de bois, pour mieux répondre aux critères esthétiques qui sont les siens. Le module brut coûte à peu près 4.000 euros. Selon son aménagement, le prix d’une maison en carton livrée clé en main et pourvue de tout le confort moderne, sans parler d’un aménagement intérieur plus qu’élégant, peut aller jusqu’à 70.000 euros.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale