Vie locale - Les attentats boostent l’intérêt pour le job de policier

«Quand je serai grand, je veux être policier». Nombreux sont les enfants à avoir prononcé cette phrase au moins une fois dans leur vie. Au fil des années, les envies s’affinent et les carrières prennent parfois des directions diamétralement opposées. Mais pour certains, le virus s’installe et perdure. Deux options s’offrent alors aux candidats: passer directement par la case des examens pour entrer à l’école de police, ou prendre, pendant un an, le temps d’apprivoiser tous les métiers de la prévention et de la sécurité. En Wallonie, 14 écoles offrent cette possibilité en proposant une 7e année secondaire. Trois d’entre elles sont en région liégeoise: l’EP de Seraing, le Collège Sainte-Véronique et l’Athénée Liège-Atlas, sur son site de Jupille. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le climat actuel lié aux attentats a donné un véritable coup de boost aux inscriptions. Ces jeunes l’ont bien compris: trouver un boulot en sortant des études, ce n’est plus aussi facile qu’au temps de leurs parents. Récemment, Securitas annonçait son intention d’engager plus de 100 jeunes diplômés. La police et l’armée souhaitent aussi lancer un grand plan d’embauche. Les métiers de la sécurité, que ce soit la police ou le gardiennage, sont donc plutôt intéressants… «Cette année, 115 élèves sont inscrits», explique Michel De Sacco, coordinateur et chargé de cours à Liège-Atlas. «En 2009, à l’ouverture de la section, nous avions 17 élèves! Chaque année, nous augmentons, mais les attentats ont apporté de la visibilité à nos métiers. Et il y a du bouloten sortant des études, même si tout le monde ne sera pas engagé. Sur nos élèves, 90% veulent se préparer au métier de policier

Un métier de policier qu’ils ne seront pas le seul à découvrir… Car une fois cette 7e année accomplie, si le jeune peut évidemment passer les examens de la police, mais il sort avec, en poche, plusieurs diplômes.

Plusieurs diplômes en sortant

«Nous sommes un centre de formation reconnu par le ministère de l’Intérieur. Quand ils sortent d’ici, les jeunes ont un diplôme d’agent de gardiennage et de gardien de la paix. Ils ont aussi un brevet de steward. En outre, ils ont deux fois plus de chance de réussir l’examen d’entrée de la police après une formation qualificative comme la nôtre.»

Pour se former, justement, pas besoin d’avoir une condition physique irréprochable.

Vous aurez tout le loisir de vous la forger… «Dès leur arrivée, les élèves vont être mis à niveau en français. Ils vont aussi courir, se renforcer musculairement, apprendre les bases de l’anglais, du néerlandais, etc. Les métiers, pour des raisons évidentes de sécurité, c’est par des jeux de rôle qu’ils vont les découvrir. Il n’y a pas de stage chez nous».

Le salaire d’un métier de la sécurité est plutôt attractif pour un jeune adulte: entre 1.800 et 2.100 euros net pour débuter. Seul pré-requis pour s’inscrire: avoir moins de 25 ans et son CESS en poche.

L’Athénée Liège-Atlas (site de Jupille) organise une journée portes ouvertes le 22 avril prochain.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale