Vie locale - A-t-on retrouvé la tombe de Notger?

Denis Henrard réalise depuis plusieurs mois des fouilles dans le cloître de la collégiale Saint-Jean, situé place Xavier Neujean. La Ville de Liège veut en effet y aménager plusieurs logements sociaux et, avant de réaliser ces travaux, elle est tenue de laisser le champ libre aux archéologues. Ceux-ci ont donc organisé des fouilles préventives et, comme l’indiquait la RTBF hier, ils ont fait une étrange découverte en novembre dernier.

«On fouillait la cour du cloître lorsqu’on est tombé sur une demi-tombe à 2,50 m du sol, explique Denis Henrard. Elle avait été coupée en deux par les fondations du nouveau cloître.Il s’agissait d’un caveau maçonné, sans aucune inscription, dans lequel il ne restait plus que les os des jambes.Je savais juste dire qu’ils appartenaient à un homme mature, de grande stature.»

Pour en savoir plus, Denis Henrard a demandé une datation au carbone 14 d’un morceau d’os et les résultats qui viennent d’arriver sont étonnants. «Notger est mort en 1008 et l’os est daté d’une période comprise entre 980 et 1025. Les dates peuvent donc correspondre. Mais j’ajoute que, jusqu’à présent, c’est le seul indice dont nous disposions.»

Pour en savoir plus, il faudrait effectuer davantage de fouilles et notamment voir tout ce qu’il y avait autour de cette tombe. «S’il s’agit bien de Notger, il est probable que les autres chanoines de son époque ont voulu être enterrés à ses côtés car il s’agissait d’un homme important. Découvrir tout autour des tombes datant de la même époque serait un autre indice intéressant.»

De même, en fouillant plus avant, on pourrait retrouver aussi les premières fondations du cloître et définir ainsi si l’endroit exact de la tombe constitue un point stratégique de l’édifice religieux, comme près de l’autel par exemple. «Les personnages importants étaient toujours enterrés à des endroits stratégiques», reprend Denis Henrard.

Peut-être plus tard…

Malheureusement, les fouilles actuelles du cloître Saint-Jean touchent déjà à leur fin. Toute la cour, dont la tombe en question, a déjà été recouverte et il n’est pas à l’ordre du jour de poursuivre le travail.

«Non, il s’agissait uniquement de fouilles préventives. On sait que le reste de la cour ne risque rien. Donc on pourra reprendre les fouilles plus tard si l’intérêt scientifique le réclame.»

Quand? Personne ne le sait. Pourtant, il pourrait s’agir d’une découverte majeure, tant d’un point de vue historique que touristique.

La Ville de Liège se cherche un avenir touristico-culturel. Le fait d’ajouter à la visite des sept collégiales le tombeau du fondateur de la Principauté de Liège serait un plus indéniable. Et vu que l’endroit appartient à la ville…

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale