Vie locale - Des chèques pour booster le commerce

L’ADL (Agence de Développement Local) transcommunale s’était fixée pour objectif de redynamiser et de diversifier le secteur commercial des communes de La Roche et d’Houffalize. Elle vient de mettre en place l’action des «chèques-commerces», uniquement valables chez les commerçants de ces entités. Ces chèques-commerces doivent, entre autres, favoriser l’économie locale et doivent inciter les habitants à consommer du «local», ainsi qu’à redécouvrir les commerces de leur commune respective. En toile de fond, le but de cette opération est également de créer un flux de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an vers ces commerces de proximité.

Un tiers des commerçants

À ce jour, environ un tiers de tous les commerçants des deux communes a décidé de jouer le jeu mais les responsables s’attendent à ce que ce chiffre augmente d’ici la rentrée. Sans frais, chaque commerce peut en effet accepter, et ce quand il le souhaite, de faire partie du listing officiel des participants.

A terme, y a-t-il un risque de voir les consommateurs se diriger toujours ou souvent vers les mêmes enseignes, au détriment d’autres? Ce qui aurait peut-être comme effet de décourager certains petits commerçants qui ne profiteraient plus assez de cette initiative…

Le bourgmestre de La Roche, Guy Gilloteaux, répond à la question. «Je pense que c’est le consommateur final qui décidera de la chose. Mais beaucoup de personnes ne sont pas dupes et savent bien que le but principal est de favoriser le commerce local. C’est également le message qui est lancé par les deux communes aujourd’hui. C’est un moyen complémentaire pour amener les gens dans nos commerces. La majorité des personnes ira dans ce sens, selon moi», souligne-t-il.

Autrement dit, il faudra attendre au moins douze mois avant de pouvoir tirer certaines conclusions sur ce point.

De son côté, le bourgmestre d’Houffalize, Marc Caprasse, confirme que les différentes organisations «trans» ou «para» communales (comme par exemple l’ADL, la Maison du Tourisme, le contrat rivière Ourthe…) devront travailler ensemble et communiquer davantage pour éviter de se faire concurrence sur certains sujets. Cela ne devrait pas arriver, selon lui. «On est en droit de se poser la question. Prenons un exemple. La Roche et Houffalize ont toutes deux un profil touristique et un projet à caractère touristique est lancé. On laisserait alors à l’ADL le soin de développer le projet mais toujours sous la tutelle de la Maison de Tourisme. Il faudra jouer franc jeu et cela se fera en partenariat. Il n’y aura donc pas de concurrence entre les deux», conclut-il.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale