Vie locale - La ferme Renaud fête 20 ans de bio

Treize ans après sa labellisation bio, la ferme a vu son destin basculer suite à une restructuration du Ministère de la Défense. « Depuis le début des années 1990, nous exploitions des terrains appartenant au camp militaire voisin sur base d’une concession renouvelable tous les 9 ans », explique Fabian Renaud, qui gère la moitié de la ferme à titre d’indépendant complémentaire avec son père, Joseph. « Mais en 2010, la Défense a revu les critères de soumission repris dans son cahier des charges, y compris le droit de préemption qui accordait la priorité au locataire précédent. Les terrains ont alors été attribués au plus offrant, et on les a perdus. Sur les 70 hectares dont nous assurions l’exploitation, il ne nous en restait plus qu’une vingtaine. » C’est le début d’une traversée du désert longue de plusieurs années. « Il a fallu se résoudre à vendre notre cheptel et nos quotas laitiers. Nous avons pris la décision de mettre l’accent sur le viandeux, tout en conservant des quotas pour la vente directe. »

Aidés par une coopérative

En 2013, un agriculteur voisin propose aux Renaud de leur vendre une pâture bio d’une dizaine d’hectares pour 125.000€. « Financièrement, ce n’était pas possible, poursuit Fabian Renaud. À l’époque, on ne gagnait plus un centime. On ne savait pas vers quoi se tourner. » C’est alors qu’une cliente leur parle de la coopérative « Terre en vue », qui rachète des terrains agricoles pour les confier à des agriculteurs. « La coopérative étudie la philosophie des projets qui lui sont soumis. Les exploitations doivent notamment respecter un cahier des charges prévoyant par exemple l’absence de produits chimiques, 5% de surfaces en zone naturelle au moins, de la biodiversité… Or, nous remplissions déjà ces critères : mon père a toujours fonctionné ainsi. » L’appel aux coopérateurs est lancé le 24 novembre 2013 et, très vite, les rouages de la solidarité s’enclenchent. « En une semaine, nous avons récolté 30.000€ ! Ça nous a boostés. Nous avons compris que des gens pouvaient encore soutenir les agriculteurs. » Les actes pour l’acquisition du terrain ont été signés en avril 2014. À l’heure actuelle la mobilisation des coopérateurs a permis aux Renaud de récolter près de 90% de la somme demandée. « Sans l’intervention de la coopérative, je ne sais pas comment on aurait fait, explique Fabian Renaud. Si nous nous en sommes sortis, ce n’est pas seulement grâce aux terrains. C’est aussi grâce à la dynamique de soutien qui s’est mise en place autour de la ferme. »

NP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale