Vie locale - Wathelet nouvel homme fort du circuit

Le gouvernement wallon a validé lundi la réforme de la gouvernance au sein du pôle de Spa-Francorchamps, où la s.a. «Le Circuit de Spa-Francorchamps» organise les activités sur le circuit et gère son développement économique, tandis que la s.a. Spa Grand Prix organise le Grand Prix de F1.

Désormais, le conseil d’administration de la s.a. «Le Circuit» comprendra, aux côtés des neuf membres représentant la Région wallonne, trois administrateurs indépendants. Parmi eux, on retrouve notamment un poids lourd, Luc Vansteenkiste, l’ancien patron de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB). Des comités spécialisés sont également mis sur pied. La désignation du nouveau CA a été validée hier par l’assemblée générale.

C’est Melchior Wathelet qui devient donc président de la S.A., sur proposition du cdH. Dégoûté après des critiques venues de son propre camp – Joëlle Milquet en tête–, l’ex-ministre verviétois avait décidé de quitter la politique en 2015. Il était devenu le CEO de Xperthis, qui propose des solutions informatiques pour les hôpitaux. Manifestement, cette résolution n’a pas duré très longtemps.

Par ailleurs, fin avril, on apprenait aussi qu’il devenait administrateur d’EDF Luminus.

Passionné de courses

Alors que, au début des années 2010, le nom de Melchior Wathelet père était cité à la présidence de la société du Circuit, laissant finalement la place à François Cornélis (cdH) pour aller siéger à la Cour de Justice de l’UE, c’est donc son fils qui reprend ce poste désormais. Il reprendra aussi à Étienne Davignon la présidence de la société du Grand Prix le 1er janvier 2018. On savait Melchior Wathelet fils passionné par les sports moteurs, comme son père. On a d’ailleurs pu le croiser le week-end dernier encore au WEC.

«Pour une question de cohérence, explique le ministre. Dans le passé M. Davignon était président des deux instances aussi, puis ça n’a plus été le cas. Et on a constaté à plusieurs reprises des difficultés relationnelles entre le circuit et Spa Grand-Prix. Ça permettra de fluidifier les choses.» Outre Melchior Wathelet, on retrouve aussi la directrice Nathalie Maillet et le vice-président Claude Grégoire – l’ex-bourgmestre de Jalhay – dans Spa Grand Prix.

Un choix collectif

Pourquoi le choix de Melchior Wathelet? «C’est une décision du cdH, mais c’est aussi un choix collectif. C’était la volonté d’avoir quelqu’un qui connaît bien le circuit et la région», poursuit Marcourt, PS.

Par contre le ministre ne voulait pas fusionner les deux instances. «Parce que le circuit n’a pas pour objectif d’être organisateur de courses et de prendre des risques économiques en tant qu’organisateur.»

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale