Vie locale - Évelyne Demaude: un talent brut

Évelyne Demaude a vécu des dizaines de vies. En tout cas, c’est l’impression que l’on se fait en lisant son CV. Présente aussi bien au cinéma et en télévision qu’au théâtre, elle a même effectué une carrière de danseuse aux États-Unis.

Cette artiste interprète originaire de Malonne est toujours en quête de nouveaux défis.

«Je suis en préparation d’un troisième clip avec Girl Next Door, le groupe avec lequel j’ai écrit une chanson sur l’Atomium. On est aussi en train de créer une 4e chanson sur nos origines, et donc sur Malonne», explique-t-elle.

En collaboration avec Ann Vandenplas, Evelyne a pour projet de créer une chaîne Youtube et un spectacle sur leurs deux personnages. L’identité belge en sera un thème privilégié.

«Bien sûr, on gardera notre humour décalé», précise-t-elle.

D’ailleurs, leur deuxième clip, «JCVD», a valu aux filles un drôle d’appel téléphonique. «Pour préparer notre tournage sur Jean-Claude Van Damme, il nous fallait une autorisation pour diffuser sa photo. Sa mère m’a alors appelé un matin en me demandant si elle avait affaire à la petite brune ou la petite blonde.

En fait, elle voulait savoir si on allait faire des tasses ou des casquettes à l’effigie de son fils, alors que tout ce qu’on voulait, c’était une photo!»

Un parcours international

Son amour de la scène, de la danse et de la comédie, Éveline l’a développé dès son adolescence et tout au long de son parcours. «J’ai commencé mes études à Namur, c’est là que j’ai découvert le théâtre et que j’y ai pris goût. J’ai aussi pris des cours de danse classique, jazz et même de tango à Malonne.

Ensuite, j’ai fait l’IAD pendant un an. Puis je suis partie en Angleterre pour apprendre les bases de la comédie musicale. Et je suis allée à New York grâce à la danse. Après ça, j’ai aussi touché au stand-up, j’ai eu des rôles dans des courts-métrages et j’ai réalisé des créations burlesques et clownesques», raconte Évelyne.

Elle pourrait d’ailleurs quitter la Belgique pour tenter sa chance à l’étranger. «Pourquoi ne pas tester Los Angeles, j’ai déjà essayé l’autre côte… ?

Je pourrais aussi partir à Paris et avoir un agent. Puis je fais du piano; donc, je pourrais aussi me lancer là-dedans», imagine-t-elle.

Évelyne aimerait beaucoup travailler avec des artistes français. «Marion Cotillard, je l’ai déjà un peu frôlée pendant Dikkenek, et j’ai été impressionnée par sa concentration. J’aimerais jouer avec Florence Foresti, Jean-Paul Rouve, Cécile de France et Poelvoorde». Au niveau international, elle est intéressée par l’humour de Louis CK, un humoriste et réalisateur mexico-américain.

Un palmarès grandissant

Le court-métrage «Les Dauphines», dans lequel l’artiste joue le rôle d’une mère, a été primé au FIFF de Namur par le prix ARTE et RTBF. Aujourd’hui, il est en lice pour le Brussels Short Film Festival, qui aura lieu le 27 avril prochain.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale