Vie locale - Détecteurs de fumée : que dit la loi belge ?

Un incendie, ça n’arrive pas qu’aux autres. En Belgique, chaque année, on ne recense pas moins de 10.000 feux domestiques. Lesquels, malheureusement, sont à l’origine d’une centaine de décès par an. On ne le sait pas toujours mais, si le feu prend à l’intérieur d’une habitation, la famille qui l’occupe n’a que 3 minutes, pas une de plus, pour l’évacuer. Enfin, les statistiques le prouvent, 75% des décès surviennent dans des foyers qui n’étaient pas équipés d’un détecteur de fumée.

Installer un détecteur de fumée chez soi relève du plus élémentaire bon sens mais pas seulement de ce dernier. Les législateurs se sont penchés sur cet élément essentiel de la sécurité domestique. À ce détail près que les trois régions que compte notre petit pays ne sont pas parvenues à se mettre complètement d’accord sur la prescription en ce domaine particulier. C’est en Wallonie que la réglementation relative aux détecteurs de fumée est la plus stricte. En effet, il est obligatoire d’installer un détecteur de fumée de type optique par niveau et ça, dans n’importe quel logement individuel. En ce qui concerne les biens en location, le propriétaire est responsable de l’achat et de l’installation de l’appareil et le locataire, de son entretien.

La situation est quelque peu différente à Bruxelles et en Flandre. Dans la capitale, l’obligation des détecteurs de fumée ne concerne que les logements proposés à la location. Le propriétaire est responsable de l’achat, de l’installation et, le cas échéant, du remplacement de l’appareil. Tandis qu’en Flandre, les détecteurs de fumée sont obligatoires dans toutes les nouvelles habitations, dans tous les logements rénovés ayant nécessité un permis d’urbanisme, ainsi qu’au sein de n’importe quel type de bien mis en location. Le locataire doit se charger de l’entretien et des frais de remplacement de la pile.

Un sujet brûlant

Mais où placer son détecteur de fumée et, pour ceux qui ont la chance de disposer d’un intérieur plutôt spacieux, peut-on se contenter d’un seul appareil? Selon un arrêté du gouvernement Wallon, il est recommandé de prévoir un détecteur de fumée par étage, voire deux pour les niveaux dont la superficie est supérieure à 80 m². De façon plus générale, on considère que toute pièce se trouvant sur le chemin entre la ou les chambres et la sortie extérieure doit être équipée d’un tel dispositif.

En revanche, on ne peut que vous déconseiller d’installer un détecteur dans votre cuisine. Les vapeurs de cuisson, à moins que ce ne soit un toast oublié dans le grille-pain, auraient vite fait de déclencher l’alarme. Pour un foyer de type lambda, les endroits les plus plébiscités restent le couloir, le hall d’entrée ou la cage d’escalier. Il vous est également possible d’user de détecteurs raccordés entre eux. De cette manière, si un incendie se déclare au rez-de-chaussée, les détecteurs des autres étages se mettront en marche également. Sinon, il faut être sûr que l’alarme une fois déclenchée, elle sera audible dans toute la demeure. Si les détecteurs ne sont pas raccordés entre eux, vérifiez que vous pouvez entendre le signal quelle que soit la pièce où vous vous trouvez. Une dernière recommandation, basique mais essentielle: veillez à remplacer les piles à temps. La plupart des détecteurs émettent un signal lorsque les piles sont en bout de course.

Quel modèle choisir?

Les détecteurs de fumée optiques sont équipés d’une sonde lumineuse qui détecte la présence de fumées, lorsque celles-ci réduisent l’intensité lumineuse, voire réfléchissent, inclinent ou rompent le faisceau lumineux. Les détecteurs ioniques contiennent une source radioactive qui produit un flux continu. Si des fumées s’infiltrent dans le détecteur, elles diminuent la conductivité de l’air ionisé. Ce qui active immédiatement l’alarme.

Le détecteur optique est celui qui réagit le mieux aux feux couvants, tandis que le détecteur ionique est plus sensible aux foyers à vraies flammes. Étant donné que de nombreux incendies se déclarent la nuit et proviennent de matières se consumant lentement, le détecteur optique est le plus recommandé. Le coût d’un détecteur de fumée n’est pas très élevé, entre15 et 30 euros. En revanche, de plus en plus de marques proposent des détecteurs connectés qui, bien que nettement plus onéreux (on tourne cette fois autour des 100 euros), ont le mérite de vous avertir via votre smartphone, même si vous n’êtes pas à la maison.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale