Vie locale - Liège est dans Variety

Jusqu’il y a peu, Liège était inexistante ou presque sur la carte des villes qui comptent en matière de production cinématographique. Mais aujourd’hui, la Cité ardente a trouvé sa place dans le monde pourtant relativement fermé du 7e art. Une évolution qui n’a pas échappé au pourtant très international et très réputé Variety, le magazine américain qui vient de consacrer une pleine page au «hub bourgeonnant» qu’est devenue Liège pour le cinéma belge!

«Quatre fois plus petite que Bruxelles et avec une population d’environ 700.000 personnes (l’auteur a sans doute confondu avec l’arrondissement de Liège, qui avoisine les 600.000 personnes NDLR), la ville francophone de Liège a émergé en tant que hub majeur dans l’industrie cinématographique belge», entame ainsi l’auteur, avant de préciser que Liège a accueilli en 2016 pas moins de 41 tournages.

Ce qui n’a pas toujours été le cas, le rappelle Variety qui, avant les frères Dardenne, n’avait sans doute jamais entendu parler de «cinéma ardent».

Mais une série de réformes initiées par les pouvoirs publics ont changé la donne: la création de Wallimage dans un premier temps, et l’instauration du tax shelter ensuite, qui accorde des réductions de taxes aux sociétés cinématographiques à condition qu’elles fassent appel à des sociétés belges.

Tarantula Productions et Versus Productions, nées à Liège entre-temps, ont profité de cet appel d’air pour attirer en Cité ardente des productions étrangères ou en produisant elles-mêmes des films avec des talents locaux.

Frakas Productions est ensuite entré dans la danse en 2007, avant de créer la sensation l’en dernier à Cannes avec le film «Grave» tourné… au sein de la faculté vétérinaire de l’ULg.

«Les autorités locales ont été (également) proactives pour faire de Liège un hub cinématographique», précise Variety pour évoquer le CLAP, le bureau d’accueil des tournages «qui facilite les demandes de tournages, les repérages, les locations et aide les équipes de tournage.Ils ont travaillé sur 88 projets en 2016, la plupart étant des co-productions internationales.»

La machine s’est encore emballée par la suite grâce au Pôle Image de Liège, constate le magazine américain: «Ils peuvent aussi bénéficier d’un pipeline de production hautement centralisé, le Pôle Image, une ancienne fabrique de tabac qui héberge 30 services audiovisuels séparés, incluant un avant-poste du studio d’animation Mikros et le siège du fournisseur de services aux exploitants de salles dcinex.»

Aujourd’hui, grâce au cinéma, les lecteurs de Variety savent donc enfin situer Liège sur une carte. Et ça aussi, c’est sans doute une première…

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale