Verviers - Les illustrations d’une réalisatrice à l’honneur

La particularité de la Triennale d’Art est de sortir des circuits artistiques habituels et l’habitude a été prise de convier des jeunes artistes parmi les groupes d’invités. Les artistes sont logés chez l’habitant, côtoient les autochtones et découvrent, par leur biais, les richesses de notre région. Cette année, le centre culturel de Theux a souhaité mettre à l’honneur la France et sa culture en invitant les artistes à exposer leurs œuvres dans notre région.

Daniela de Felice étudie le dessin et l’histoire de l’art à Novara, puis à 17 ans, le bac en poche, elle quitte l’Italie pour étudier la «Narration Visuelle» à l’ERG de Bruxelles. En 2013, elle réalise «Casa», un film sur le deuil, sur l’absence du père. Elle exposera les illustrations de l’univers du film Casa. « Mes dessins arrivent tard le soir ou pendant la nuit. Ce sont comme des notes sur un cahier. Ce sont des séries, mais jamais une case n’est pareille à l’autre. Je dessine avec du café, de l’encre, et une plume. Sur le cahier, mes images côtoient mes notes. Petits récits brefs et lointains écrits parfois en italien, parfois en français, » confie Daniela de Felice.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 27 janvier. L’exposition est accessible du lundi au vendredi de 10h à 12h30, et de 13h30 à 17h30, lors des spectacles et activités de l’Espace Duesberg ou sur rendez-vous pour les groupes.

En parallèle à cette exposition, le centre culturel de Verviers propose, le mercredi 21 février à 20h, deux films-documentaires (gratuits): «Casa», de Daniela de Felice, un film qui interroge la maison en tant que lieu des mémoires communes d’une famille. C’est aussi un récit qui expose la façon dont ceux qui restent vivent la fin du deuil. Un film sur l’absence, sur la réminiscence d’un père, personnage fantomatique qui s’immisce subtilement dans chaque image, chaque objet de cette casa familiale.

«Hypersensibilité aérienne» de Marie Famulicki, raconte quant à lui le chemin parcouru par la réalisatrice après un grave accident cérébral: la perte de repères, la reprise pied dans le réel, l’importance des autres, proches et soignants. Le film dit aussi la nécessité de «faire récit» pour parvenir à dépasser le manque, refermer le trou et se reconstruire.

Infos: 087/39.30.60

- équipe de rédaction

Autres actualités à Verviers

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Verviers