Thuin - La ferme de l’abbayeUne splendeur cachée

«Nous avons acheté la ferme de l’abbaye à la Fondation Herset sans même l’avoir visitée. Le fermier qui en était locataire depuis plusieurs générations y vivait reclus et interdisait à quiconque d’entrer», explique Bruno Fally, l’administrateur délégué de la SA Balimmo. Cet ingénieur vient de passer un an à étudier, mesurer, analyser ce somptueux bâtiment dans ses moindres détails, allant jusqu’à dessiner et reproduire sur plan toutes les pierres bleues sculptées. Et il est toujours aussi émerveillé par ce qu’il a découvert derrière les hautes portes en bois vermoulu.

«Cette ferme a été construite par les moines de l’abbaye cistercienne en 1773. Comme tous les édifices cisterciens, ce bâtiment se distingue par un principe de symétrie et une remarquable gestion de l’eau. De part et d’autre du portail sont construites deux énormes granges rigoureusement identiques. En face de l’entrée le corps de logis, très élégant est également parfaitement symétrique. La largeur entre les deux granges correspond au centimètre près à la largeur du corps de logis. De part et d’autre de ce dernier s’étendent les étables et les écuries, formant un U. Ces bâtiments sont ornés d’un péristyle couvert avec de magnifiques colonnades en pierres bleues», explique Bruno Fally. L’ensemble du site est classé et le bâtiment en U a été décrété monument remarquable.

Le bâtiment, gigantesque, s’étale sur 4.200 m². «Cette ferme était le siège agricole central des moines. L’abbaye possédait une quarantaine de fermes dans la région qui apportaient toutes leur dîme ici. Outre les ouvriers agricoles, les moines qui étaient tenus de donner le gîte et le couvert aux voyageurs, hébergeaient ici les visiteurs», raconte Madeleine Fally.

La propriété de 6 ha est entièrement close de hauts murs. «Le chemin vicinal nº 11 passe par le portail, traverse la cour de la ferme, passe par le porche au centre du corps de logis et traverse les prairies à l’arrière, jusqu’à la porte de Thuin», ajoute Madeleine Fally.

Souterrains et galeries

Après avoir évacué des bâtiments 25 conteneurs de détritus et gravas en tout genre, les nouveaux propriétaires ont découvert un incroyable réseau de galeries souterraines. «La gestion de l’eau est le deuxième point fort des moines cisterciens. Le terrain est truffé de souterrains. Il y a trois réseaux, un pour les hommes, un pour les eaux propres et un pour les eaux usées à des niveaux différents. Le tout est intégré au bassin hydrographique qui monte jusqu’à Gozée. Une source permettait à la ferme de fonctionner en autarcie», précise Bruno Fally.

Tout à la Sambre

«Au premier étage du corps de logis, on a repéré un mur qui sonnait creux. On a abattu cette cloison et on a découvert des latrines! Le trou donne sur une large conduite verticale en grès qui descend jusqu’au réseau d’égouts en sous-sol. Un courant d’eau de la source emporte le tout vers la Sambre. Ils avaient même prévu deux logettes dans les murs pour poser les bougies qui éclairaient les lieux d’aisance.», montre en riant Madeleine Fally.

Les étables, écuries, porcheries sont ornées de très belles voûtes en briques rouges. «Malheureusement, les fermiers avaient percé certaines de ces voûtes pour faire passer les ballots de pailles. Il va falloir les réparer. Ils ont aussi muré la plupart des fenêtres des étables. On aimerait enlever les briques pour dégager ces très belles fenêtres encadrées de pierre bleue, dit Bruno Fally.

Pour l’instant, des ouvriers sont en train de rejointoyer les murs et de réparer les toits, en attendant le feu vert des autorités administratives et notamment de la Commission du Patrimoine pour le chantier de rénovation en profondeur.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Thuin

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Thuin