Stavelot - Stavelot au temps du carnaval

Si c’est aux jours de Laetare que le Pays de Stavelot exprime avec le plus de force sa joie du printemps revenu, il n’est pas insensible aux chants païens du carnaval. Avec par exemple l’ancien jeu d’imitation auquel se livrent les Blancs Moussis dans les rues de la ville. Groupés par 6 ou 8, ils suivent en file indienne et en grognant un quidam dont ils parodient les moindres faits et gestes. Pour se débarrasser de ses suiveurs, le suivi n’a pas d’autre solution que de leur offrir un verre, ce qui atteste de l’origine populaire de cette coutume (le 3 mars).

Autre illustration avec le carnaval de Ster, considéré lui aussi comme un témoignage parfaitement conservé des pratiques anciennes: le village tout entier participe à la fête qui voit se succéder une quête menée par la jeunesse, un repas commun (nommé groumote), une danse échevelée en présence d’un mannequin promis au bûcher, des rôles en wallon et des placards moqueurs répartis partout (du 1er au 4 mars).

Dans la foulée, les enfants seront à la fête au Pré Messire (bal costumé) et à Francorchamps (groumote) le jour du mardi-gras (le 5 mars). Viendra ensuite la nuit magique des grands feux dont l’origine se perd dans la nuit des temps et dont le cérémonial détruit symboliquement la misère hivernale en annonçant les naissances à venir via le rôle confié aux «derniers mariés» (le 9 mars à Francorchamps, Hockai, Ster-Francorchamps et Parfondruy).

Patrice Lefebvre - équipe de rédaction

Autres actualités à Stavelot

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Stavelot