Stavelot - 19e Stavelot Jazz

Les accents de la blue note devaient tout bouleverser en libérant les créateurs qui s’autorisèrent à revenir aux sources populaires du work song, à improviser et à laisser chanter leurs instruments. Merveilleux jazz! Parce qu’il traduit depuis plus de cent ans les sons désordonnés du monde, il invite ses auditeurs à voyager au rythme d’une modernité sans cesse renouvelée. Et même, selon John Coltrane, à voyager parmi les idéaux les plus élevés, dont la fraternité. Soucieux de proposer ce voyage d’une manière régulière dans le sud de l’Arrondissement de Verviers, le Centre culturel, en collaboration avec la Maison du Jazz de Liège, le Festival Jazz à Liège et l’ensemble local Jazz Pirine, consacre depuis 2002 un week-end entier à ce genre musical. Le bienveillant parrainage de Steve Houben et la qualité et la variété des artistes invités depuis lors expliquent le succès de ce rendez-vous sans égal.

La 19e édition de Stavelot Jazz se partagera entre les deux soirées des 9 et 10 novembre. Le vendredi, dès 20 heures, carte blanche sera donnée au pianiste Johan Dupont et à ses invités: le saxophoniste Rhonny Ventat, le bassiste Bo Waterschoot et le percussionniste Stephan Pougin. Né à Liège en 1994, Johan Dupont mène une carrière brillante, marquée par «la volonté de casser les barrières entre les genres». C’est pourquoi sa carte blanche mêlera les influences de Chopin, de Michel Petrucciani, de Scott Joplin, d’autres encore. Le samedi, à 20 heures également, c’est Tonka qui montera le premier sur la scène du CCS. Offrant avec enthousiasme compositions et arrangements de musique traditionnelle du monde, ce groupe né en 2016 compte parmi ses musiciens la talentueuse flûtiste Lydie Thonnard qui possède de solides attaches familiales stavelotaines. Après Tonka, place à l’improvisation avec Loris Tils et son band. Créé en 2017, le groupe composé de grands musiciens de la scène belge (Patrick Dorcean à la batterie, Igor Géhénot aux claviers, Xavier Bouillon aux synthés, Hervé Letor au saxophone, Loris Tils à la basse), proposera un «One Take «(ou prise unique): «Aucune préparation, seulement un accord choisi juste avant de monter sur scène et une bonne dose d’envie de s’amuser et de folie», explique le programme.

Pour décorer ces deux soirées, le Centre culturel exposera des dessins de l’illustrateur et auteur de BD Louis Joos: «Et si la note bleue était noire, se demande un de ses biographes? Joos, c’est l’écrivain-dessinateur, un voyageur en encre de Chine, un biographe du pinceau. Sa vie est dédiée à la musique. Au jazz, surtout. Et son œuvre est sa vie. Parce que son œuvre est toute entière tournée vers cette seule passion pour les portées musicales et les «gueules» qui l’ont fait rêver de toute leur voix ou de tous leurs doigts. Louis Joos n’aime pas le jazz. Il le vit. Et il le peint.» Si les caves voûtées de l’abbaye offrent des vibrations uniques aux musiciens qui se rassemblent dans son intimité, ses vieux murs seront bien honorés d’accueillir les œuvres d’un tel artiste.

Renseignements au

080/880520.

Patrice Lefebvre - équipe de rédaction

Autres actualités à Stavelot

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Stavelot