Stavelot - Les bons mots du 516e Laetare

Tout au long du 18e siècle, les abbés de Stavelot tentèrent d’obliger la population à cesser de célébrer le carnaval qui, parmi d’autres transgressions, suscitait l’apparition de « placards infamants », c’est-à-dire d’affiches insolentes. Les historiens ont relevé que cette pratique s’est répandue en Europe à partir du 16e et qu’elle constituait « une manière pour les plus faibles de dire leur existence et d’affirmer leur protestation » mais aussi « de s’approprier les moyens de communication des plus forts ».

Une forme de liberté d’expression avant l’heure donc, qui trouve une survivance dans la coutume des «affiches du Laetare» par laquelle les Blancs Moussis suivent « d’un œil bienveillant» leurs propres (més)aventures (ils ont l’élégance de rire d’eux-mêmes), celles de leurs concitoyens et celles des institutions locales.

Quelques extraits 2018: « Balance ton porc » (Boucherie des BM), « Vendredi, c’est boisson » (Chapitre BM), « Fer du cheval, on trouve sabot » (Equitao), « Si la société promeut la pêche, c’est pour la sauvegarde du bar » (La Truite), « Ici, on vient voir les canards ou boire des cannettes » (Les Étangs), « Festival de cannes » (MRS), « Notre reconnaissance EDEN n’est pas due au Hasard » (Office du Tourisme)… Les 230 affiches ont fait l’objet d’une publication disponible en librairie. À consommer sans modération.

Patrice Lefebvre - équipe de rédaction

Autres actualités à Stavelot

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Stavelot