Stavelot - Hockai: un grand feu symbolique

Nul ne sait depuis quand les villages d’Ardenne allument de grands incendies pour chasser l’hiver. Depuis bien avant notre ère, sans doute. Plus tard, comme la manifestation s’accompagnait de danses, de ripailles et d’amours interdites en temps de Carême, elle fut combattue par l’église catholique. En vain. C’est donc à la survivance de cette très ancienne coutume que les comités de plusieurs villages du Pays de Stavelot s’attellent chaque année en élevant de hauts bûchers au sommet desquels ils plantent la figure symbolique d’une sorcière. Car la fête plonge ses racines dans les croyances anciennes qui visaient à se purifier et à se protéger des maléfices. À célébrer la fécondité, aussi, en confiant l’allumage du brasier à de jeunes amoureux.

Cette année, à Hockai, c’est M. et Mme Raphaël Maes, les derniers mariés, qui ont officié et chacun a bu un verre de frais péket en leur honneur. La cérémonie a eu lieu sous un ciel étoilé, dans un champ couvert de neige, tout à côté de la salle de la Fraternité, si bien nommée. Un moment magique et joyeux vécu au pied d’une colonne de lumière victorieuse de l’obscurité et, selon un ancien, annonciatrice d’une année clémente. Elle s’inclinait en effet vers le village ce qui est, nous dit-il, «bon signe».

Fort de ce présage, le comité prépare d’autres manifestations, comme la fête annuelle et, les 15 et 16 septembre, un «Week-end médiéval». Qu’on se le dise.

Patrice Lefebvre - équipe de rédaction

Autres actualités à Stavelot

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Stavelot