Stavelot - Souvenir du 13 janvier 1945

Alors que la ville était reprise par les forces américaines dès le 19 décembre, lendemain de l’attaque, les quartiers de la rive gauche restèrent entre les mains allemandes jusqu’au 13 janvier. Leurs habitants vécurent donc pratiquement un mois dans la zone de combats, parmi les mitraillades, les bombardements et les ruines. Dans le froid, la peur et la faim. Leur libération fut confiée au 517e Régiment Parachutiste de Combat qui avait été attaché à la 106e Division d’Infanterie dont le quartier général était installé à Francorchamps. Dans la nuit du 11 au 12 janvier, le 517e prit position dans Stavelot. La nuit suivante, une patrouille de sa B Company traversa l’Amblève sur un canot de caoutchouc pour explorer les abords immédiats de la rivière. Comme elle ne rencontra aucune résistance, ordre fut donné aux GI’s du 596e Bataillon de Génie d’installer au-dessus de la rivière une passerelle préalablement assemblée par laquelle toute la B Company traversa à son tour pour entamer l’ascension de la colline. À 7h30, le Butay était sécurisé et, une demi-heure plus tard, tout le 3e Bataillon s’éloignait au sud de Stavelot. Une heure de plus encore et une réparation de fortune permettait aux véhicules de traverser le pont qui leur était infranchissable depuis le dynamitage du 19 décembre. Dans les annales du 517e, cette action est jugée comme «The best in the Combat Team’s History» (la meilleure dans l’histoire du groupe de combat). La date du 13 janvier mérite de rester dans nos mémoires: ce matin-là, Stavelot a regardé les soldats étoilés repousser loin d’elle la nuit et la guerre.

Patrice Lefebvre - équipe de rédaction

Autres actualités à Stavelot

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Stavelot