Seraing - Le centre culturel fait peau neuve

Donner plus de visibilité au centre culturel était clairement l’un des axes développés dans le Master plan de Seraing. Un projet pris à bras-le-corps il y a 2 ans et qui a grandement modifié l’un des hauts lieux de la vie culturelle sérésienne. La façade a été débarrassée de ses bardages et repeinte dans un brun qui divise toujours autant… « On cherchait une couleur qui se marierait avec le gris choisi pour repeindre d’autres espaces et on a finalement décidé, alors que l’équipe penchait plus pour des couleurs comme mauve ou jaune vif, d’opter pour le brun car on a ainsi préservé des tags les murs ainsi mis à nu car le bardage contenait de l’amiante », explique Jean-Pierre Rapaille, directeur du centre culturel de Seraing, qui partira à la pension en décembre prochain.

Les artistes de rue n’ont pas pour autant été oubliés puisqu’ils disposent désormais des murs du parking pour exprimer leur art « sur un hall of fame. Le principe veut que chaque graffeur puisse, selon certains codes, prendre possession de l’espace. Ce lieu était déjà occupé par le passé car nous avions reçu l’autorisation. Aujourd’hui, celle-ci est complètement formalisée et on se réjouit de pouvoir pleinement en disposer afin d’apprendre aux plus jeunes cet art », souligne Wory, du collectif liégeois Kwa Crew.

Plus de possibilités…

De l’espace pour les artistes de rue mais aussi pour les visiteurs puisque, en 2017, la deuxième phase des travaux a été lancée « avec l’expropriation de deux habitations dans la rue Strivay afin de réaliser un parking d’une trentaine de places. On en a également profité pour abattre une maison à l’arrière de l’espace du centre culturel. La troisième et dernière phase vient de débuter avec la création d’un passage reliant la rue A. Smeets à l’arrière du centre culturel. L’objectif premier a toujours été de désenclaver l’institution et cette ultime phase, qui s’achèvera fin 2019, nous y aidera », assure Jean-Pierre Rapaille.

Le centre culturel a également gagné de la place en investissant l’ancienne taverne «la grande brasserie», qui sert désormais de zone de stockage sur 100 m². Quant au quai de déchargement, il a été élargi. Une avancée technique qui permettra de recevoir désormais toutes les productions.

L’institution sérésienne est plus ancrée encore dans un quartier, celui du Molinay, en totale transformation puisque l’impasse Collard, qui n’a plus d’impasse que le nom, a abandonné ses pavés pour un bitume rutilant alors que la rue Molinay sera, quant à elle, bientôt transformée en semi-piétonnier.

«Le centre culturel, pour lequel nous venons de débourser 2,75 millions d’euros, va participer, grâce à son lifting et à l’augmentation des places de parking, à la transformation du quartier. Transformation qui se fera brique par brique pour le bien-être de tous», précise Alain Mathot, bourgmestre de Seraing. « Il est un élément de cohésion sociale et un outil qu’il faut préserver malgré les difficultés financières auxquelles il est confronté. Il a une vocation d’amener la culture à la population et d’avoir comme mission de créer une cohésion sociale dans le quartier en collaboration avec le CAL. La culture est aussi une source de développement économique ».

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les projets existants pour l’ancienne salle d’Ougrée-Marihaye, dite salle de l’OM, qui accueillera prochainement des concerts de rock.

www.centreculturel

deseraing.be

Natau - équipe de rédaction

Autres actualités à Seraing

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Seraing