Schaerbeek - La majorité tire son bilan

Le bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFI), à la tête de la commune depuis 16 ans, explique avoir poursuivi avec sa majorité l’objectif d’améliorer la qualité de vie des Schaerbeekois, et ainsi changer l’image de la Cité des ânes. « Aujourd’hui, on vient habiter à Schaerbeek par choix », se félicite-t-il, reprenant sans le savoir le même élément de langage que son Premier échevin, l’Ecolo Vincent Vanhalewyn.

393 engagements

L’accord de la majorité DéFI-Ecolo-cdH-libéraux prévoyait 393 engagements. Le collège annonce aujourd’hui en avoir déjà réalisé près de la moitié, tandis que 40 autres pourcents sont en cours de réalisation. De l’argent a été investi notamment dans la rénovation de l’espace public.

De nouveaux équipements ont vu le jour, dans le cadre de contrats de quartiers financés par la Région (quatre en cours de clôture et un nouveau, Pogge) ou autrement. On a vu notamment le nombre de places en crèches augmenter (plus de 130 créées et plus de 200 autres en cours de réalisation), ainsi que dans les écoles. La majorité annonce la création de près de 4.000 nouvelles places d’ici 2022.

Des efforts ont été faits aussi quant au respect de l’environnement. Vincent Vanhalewyn se félicite ainsi des plans de rationalisation du charroi communal ou encore des projets d’installation de panneaux photovoltaïques. Quant à la sécurité, le bourgmestre l’assure : « la police de proximité, ça marche », et d’indiquer une diminution de 38% des faits criminels par rapport à 2002.

Il reste des points d’ombre. «J’observe un recul en termes de propreté publique», reconnaît Vincent Vanhalewyn. « Je ne pointe pas un échevin en particulier, car le domaine est transversal. L’accroissement de la population entraîne une pression sur l’espace public, donc plus de salissures.» L’essor démographique, la raison pour laquelle le stationnement reste lui aussi encore problématique, explique Bernard Clerfayt : Schaerbeek n’a tout simplement pas la place pour toutes ces voitures. « Mais nous avons accentué la lutte contre les véhicules ventouses et les poids lourds. Nous avons aussi lancé une enquête pour faire un parking souterrain dans le quartier Colignon.»

Quid des classes populaires

L’opposition dans son ensemble reproche à la majorité de développer des politiques pour des classes moyennes jeunes, urbaines, et de ne pas assez faire pour les classes populaires, notamment dans les quartiers à l’ouest. Une critique balayée d’un revers de main.« Qu’on me dise où la commune a développé une politique antisociale, je ne la vois pas », rétorque Vincent Vanhalewyn.

Le Premier échevin cite le bilan du CPAS, dont l’activité a doublé en dix ans, ou l’ouverture de Via, bureau d’accueil pour les primo-arrivants. Le bourgmestre énumère, lui, les investissements (crèches, écoles, équipements sportifs, etc.) dans ces zones plus pauvres, nettement supérieurs selon lui aux quartiers plus aisés.

Bernard Clerfayt ajoute que la majorité fait le maximum, tout en gardant des finances à l’équilibre. Améliorer durablement ces quartiers plus pauvres passerait forcément par une dédensification et donc la destruction d’habitations, estime le bourgmestre.

L.C. - équipe de rédaction

Autres actualités à Schaerbeek

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Schaerbeek