Rochefort - Enquête auprès des rebouteux, saints et guérisseurs

L’idée lui brûlait la plume depuis longtemps. Jamais lassé d’user de celle-ci, Philippe Carrozza, journaliste depuis 1989, aura attendu son quatrième ouvrage pour enfin la concrétiser. Après avoir publié aux éditions Weyrich «1940-1945», «Ils ont volé mes plus belles années» et «Les Ardennais n’oublieront jamais» en deux tomes, le Rochefortois vient d’ajouter dans les rayons des librairies «Saints et Guérisseurs».

Certains affirment avoir été guéris par des rebouteux, des saints guérisseurs ou des eaux miraculeuses. Mais quel crédit apporter à ces phénomènes? Philippe Carrozza a rencontré une vingtaine de personnes qui posséderaient ce don de soigner, après être passé du scepticisme à la conviction de l’existence de ceux-ci.

«J’avais régulièrement des verrues, des poireaux comme on dit, lorsque j’étais adolescent», explique Philippe Carrozza. «On m’a conseillé d’aller voir un rebouteux. Je n’y croyais pas. Je suis à peine resté trois minutes. Après trois ou quatre jours, les verrues étaient toujours là. J’étais toujours perplexe. Mais elles ont finalement disparu. J’avais aussi entendu par-ci par-là parler de gens qui guérissaient du feu. Un de mes amis avait été gravement brûlé, et des personnes ont contacté à son insu des rebouteux. Ses souffrances se sont atténuées. »

«Le sujet reste tabou»

Ces résultats tout sauf cartésiens n’ont évidemment pas laissé Philippe Carrozza indifférent. La concrétisation de son projet de rédiger cet ouvrage n’aura toutefois pas été chose aisée, dans un premier temps du moins.«Ces personnes sont très discrètes, elles ne veulent pas de publicité», explique le journaliste. «Elles veulent rendre service, sans plus. Elles ne réclament pas d’argent. Puis certaines ont peur de perdre leur don en parlant. Si certaines personnes ont accepté de témoigner, j’ai dû instaurer un climat de confiance avec d’autres pour leur prouver que je ne me moquais pas d’elles. Je ne voulais pas faire du sensationnalisme, mais retranscrire fidèlement leurs dires sans les faire passer pour des gourous. » Et pour éviter tout retour de flammes: «Je leur ai fait lire mes écrits avant parution».

Au cours de ses entretiens, ces personnes ont parlé à l’auteur de leurs dons qui soulagent les brûlures, qui font baisser la fièvre, arrêtent les hémorragies ou guérissent les entorses, pour ne citer que quelques exemples. «Certains ont accepté de dévoiler leur identité, le lecteur trouvera d’ailleurs leur numéro, alors que d’autres ont préféré témoigner dans l’anonymat. Le sujet reste tabou car empreint de mysticisme.» Philippe Carrozza a également enquêté dans les hauts lieux de dévotion dédiés à la Vierge et aux saints. Qui sont ces pèlerins qui marchent pour obtenir une grâce ou simplement pour dire merci? Quelle est la place de la prière? Tous les saints sont-ils efficaces? Et ces eaux dites miraculeuses, s’agit-il d’une vérité ou superstition?

Enfin, comment les prêtres exorcistes exercent-ils leur ministère de délivrance? Faut-il croire aux fantômes, aux esprits et au Diable? Comment font ces prêtres et radiesthésistes pour libérer les âmes qui errent sur terre?Ces personnages étonnants, témoins inédits, apportent leurs réponses dans cet ouvrage aussi surprenant que passionnant de 368 pages, illustré de clichés en noir et blanc aussi sortis de la boîte de Philippe Carrozza.

Benoît Gueuning - équipe de rédaction

Autres actualités à Rochefort

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Rochefort