Profondeville - L’entreprise de poêles à bois Stûv est à vendre

L’entreprise de poêles à bois Stûv, dont le siège social est situé à Bois-de-Villers, est à vendre. Active depuis plus de 30 ans, elle représente une véritable «succes-story» dans la région.

Elle produit environ 15.000 poêles par an, fabriqués essentiellement en Belgique, dont 75% sont exportés en Europe mais aussi aux États-Unis et au Canada.

Son chiffre d’affaires avoisine les 22 millions d’euros. Stûv emploie 120 personnes. Parmi ces travailleurs, 45 viennent de la région namuroise.

Un long processus de transmission

«Nous ne sommes qu’aux prémices du processus de vente. Il n’y a rien d’alarmant dans cette nouvelle. Cette information a filtré beaucoup trop tôt. Monsieur Pitance prendra le temps qu’il faut», explique une employée de l’entreprise.

Ce nouveau tournant n’est donc pas un coup de tête. Gérard Pitance le prépare depuis quelque temps déjà.

En effet, le cofondateur et administrateur poursuit un processus de transmission initié en 2009 suite au départ de Benoît Lafontaine, cofondateur. «En 2009, l’entreprise a recruté Jean-François Sidler en tant que CEO afin d’assurer la gestion de l’entreprise. Depuis lors, le développement s’est poursuivi, menant au renforcement de l’entreprise sur un marché en pleine évolution (rachat de Tulp fabricant néerlandais de foyers au gaz, lancement du poêle à pellets Stûv, création de la filiale nord-américaine Stûv America, reprise du sous-traitant tôlier Ulis)», explique l’entreprise dans un communiqué.

Le cofondateur tient à ce que l’entreprise conserve son identité et ses valeurs qui ont fait son succès.

«La priorité de Gérard Pitance a été, ces dernières années, de les transmettre à Jean-François Sidler et à l’équipe. Il souhaite, dans un futur proche, se consacrer à d’autres projets personnels. Stûv dispose d’un important portefeuille de projets innovants afin de soutenir son développement sur le marché du chauffage par les énergies renouvelables», indique le communiqué.

Le cofondateur de l’entreprise a mandaté la banque Degroof-Petercam afin de l’accompagner dans le but de trouver la meilleure solution pour poursuivre le développement de l’entreprise en restant fidèle à sa vision.

«Les actionnaires actuels se donnent le temps nécessaire pour explorer différentes pistes, avec la volonté de maintenir l’ancrage local et d’encore accélérer le projet d’entreprise

Le personnel est rassuré

Les employés ont été prévenus officiellement ce 21 avril.

Mais la plupart étaient au courant que quelque chose se tramait.

«C’est dans la logique des choses. Monsieur Pitance a 62 ans et il souhaite prendre sa retraite afin d’en profiter un peu. Nous savions que ces derniers temps, il souhaitait prendre du recul par rapport à la société.

Il déléguait beaucoup plus. Le design était davantage réalisé par d’autres personnes, il y avait également du changement du côté du pôle recherche et développement. Il nous a assuré qu’il n’était pas pressé et qu’il comptait maintenir l’emploi», poursuit l’employée.

Les organisations syndicales chrétiennes ACV-CSC Metea et la CNE se disent rassurées par la direction.

«Il est clair que nous insisterons auprès de M. Pitance (fondateur et principal actionnaire de l’entreprise, NDLR) afin que le maintien de l’emploi sur les deux sites namurois, à savoir Floreffe et Bois-de-Villers, reste sa priorité», explique le syndicat chrétien.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Profondeville

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Profondeville