Philippeville - Le tour de la Grand-Place sera en béton

Deux choses à propos du remplacement de ces pavés ont été communiquées : d’une part, ils seront bel et bien remplacés par du béton plutôt que du tarmac et, d’autre part, le mode de financement des 600.000 € que devrait coûter le chantier n’est pas encore défini.

«Les services du Patrimoine, vu qu’on a déplacé la statue de Louise-Marie et que la place d’Armes a du coup perdu son caractère historique, ont confirmé qu’on n’était plus tenu de mettre des pavés», a indiqué Bruno Berlemont (PS), l’échevin des Travaux. «On a été voir deux endroits où du béton imprimé a été posé: c’est joli, mais le problème, c’est qu’on ne peut pas rouler dessus.» Surtout les bus du TEC qui détérioreraient rapidement ce type de revêtement.

Des bus pour lesquels, la Ville, depuis 2010, tente de trouver une nouvelle gare, actuellement rue de la Reine, pour ne plus les faire passer par la place d’Armes. Le terrain la Régie des Bâtiments situé derrière les anciennes casernes, à l’angle du boulevard du Centenaire et de la rue de la Roche, est pressenti, mais le projet d’y construire un bâtiment pour les Finances et la Justice de Paix est toujours à l’étude à cet endroit. Un dossier du Fédéral qui prime et freine tout autre implantation.

«Ne faudrait-il pas repenser tout l’aménagement de la place en consultant les citoyens?», a par ailleurs questionné Vincent Laureys (Écolo). «Il faudrait revoir la mobilité douce en améliorant les zones dédiées aux piétons et aux vélos, et prévoir peut-être aussi un espace vert.»

«On peut réfléchir à ces aménagements», a répondu Christophe Corouge (PS), échevin de la Mobilité. «Trois ans de réflexion et 600.000 € pour finalement mettre du béton, ça fait long et cher», a renchéri Vincent Laureys, ouvrant ainsi le volet financier du chantier. «Il faut savoir que 30% de cette somme est prévue pour le recyclage obligatoire des déchets», a indiqué Bruno Berlemont. «On a dû se renseigner à gauche et à droite. On a aussi dû avoir l’aval du fonctionnaire délégué de la Région pour du béton coloré

Jean-Marie Delpire (MR), le bourgmestre, dit ne plus vouloir traîner dans ce dossier: «Avec ou sans subsides, on veut refaire la place, si pas cette année, l’année prochaine.»

Cet empressement tout relatif pourrait signifier un financement sur fonds propres, car «si on les inscrits au PIC (Plan d’Investissement Communal), ces travaux mangeront les 400.000 € de subsides et les travaux ne seront probablement pas faits avant 2019», selon André De Martin (PS), président du CPAS.

L’échevin des Travaux a aussi eu une pensée pour les commerçants installés aux abords de la Grand-Place: «Dès qu’on aura le cahier des charges, on les réunira pour discuter du chantier. Notre souci est de les pénaliser le moins possible durant cette réfection qui sera menée par phases.»

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Philippeville

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Philippeville