Oignies-en-Thiérache - Les aînés vous racontent la Guerre 40-45

Les derniers témoignages de la guerre 40-45 résonnent et claquent de terreurs et d’horreurs chaque année lors des cérémonies de commémoration. Chaque année, il manque l’un, l’une et le cercle se resserre. Les témoins disparaissent peu à peu. Les générations qui suivent doivent faire leur devoir : porter, garder et transmettre la mémoire.

A Oignies, le devoir est quotidien, grâce au GASCOT, Groupement d’Animation Socio-Culturel de Oignies en Thiérache. Service d’aide à domicile et de médiation de dettes, l’asbl est aussi une structure d’animation socio-culturelle pour les seniors. Chaque mercredi, des ateliers les rassemblent. Ils se retrouvent, papotent, occupent leurs têtes et leurs mains.

Chaque année, le GASCOT édite une publication ; loin d’être anodine, elle repose sur un long travail de terrain, de témoignages. Depuis 4 ans, un petit groupe d’aînés de Oignies et de Le Mesnil s’est, en effet, construit avec des bénévoles pour accompagner la démarche. Depuis 2 ans, ces bénévoles ont accompli un travail merveilleux de récolte.

Pour le 70e anniversaire de la Libération, Fabienne Decock et Viviane Delizée, en collaboration avec Véronique Croibien, Ludovic Laroche, Bernard Nain, Françoise Jacques et Pierre Regnier, ont travaillé la mémoire. Viviane Delizée :« Ce groupe d’aînés est passionnant. Ils réalisent une passation qui nous construit et nous grandit. Au départ de leurs souvenirs, nous avons détricoté, fouillé, reçu des soutiens et collaborations (dont la plate-forme communale et la Maison des Archives de Viroinval). Les portes se sont ouvertes, les mémoire se sont déliées, livrées, confiées. Comme un bijou, fragile, que l’on dépose dans un écrin et que l’on porte avec attention. Nous sommes allés rencontrer, par petits groupes ou en individuel, la mémoire, celle des aînés d’aujourd’hui qui, enfants, ont vécu la guerre, mais aussi des familles de disparus qui ont livré mémoire, photos, cartes d’identité, lettres,… Près d’une centaine de témoins pour une soixantaine de récits, retranscrits tels qu’ils nous étaient livrés, avec photos ou documents. Nous avons même retrouvé une dame aujourd’hui âgée de 80 ans ; une enfant juive cachée au village pendant l’occupation. Ou encore le fils du Docteur Collet qui abritait des soldats et des maquisards ; le fils nous a raconté comment il avait découvert le terrible secret porté par son papa… » La publication (40 pages, illustrées en couleurs) titre : « Sur les traces de la guerre 40-45 à Oignies et Le Mesnil, Récits et témoignages ».

Grâce au soutien des commerçants, de la commune,… la publication, éditée à 1000 exemplaires est vendue 5€, accessible à toutes les bourses. Pour que la peur au ventre, le lendemain incertain, la déportation, l’horreur innommable des camps, l’exode, les combats, les retours au foyer, les blessures qui ne se refermeront jamais,… ne tombent pas dans l’oubli et que chacune, chacun porte la mémoire.

Sur les traces de la guerre 40-45 à Oignies et Le Mesnil, Récits et témoignages (40 pages illustrées couleur, 5€ ) - Infos complémentaires au GASCOT, rue Roger Delizée, 8, à Oignies – Téléphone ? 060 391 579

CaT - équipe de rédaction

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Oignies-en-Thiérache