Neufchâteau - Un sanglier géant à l’entrée de la ville

«C’est une œuvre qu’on viendra voir et pour laquelle on se déplacera. Comme pour le Mardasson…». Dimitri Fourny, le bourgmestre de Neufchâteau, en est persuadé: l’œuvre monumentale que la commune s’apprête à acquérir sera une future attraction touristique de Neufchâteau. L’œuvre est en réalité un sanglier en bronze. Mais pas n’importe lequel. Avec ses 4,77 mètres de haut, ce sera le sanglier urbain le plus haut d’Europe!

L’acquisition de cette œuvre constituait un des points abordés lors du dernier conseil communal. Un point qui a suscité quelques réactions au sein du public présent dans la salle du conseil, certains appréciant, d’autres trouvant le style de l’œuvre particulier. Ce sanglier géant devrait trôner à l’entrée de la ville, le long de la Chaussée de Recogne. L’animal en bronze, qui est représenté dans une posture décidée et dynamique symbolisant la «volonté de l’Ardennais de franchir les obstacles», sera posé sur des pilastres en pierre bleue.

«C’est une œuvre monumentale mais qui tranche avec ce qui existe actuellement. La technique de fabrication, en l’occurrence le bronze, est traditionnelle mais le fait de mettre des pylônes en pierre bleue apporte une touche de modernité», explique Philippe Dumont, le sculpteur auteur de l’œuvre. La rencontre entre Philippe Dumont et Christian Kellen, président du conseil communal, a été déterminante puisque le Chestrolais a de suite été séduit par l’œuvre en voyant la maquette du sanglier dans l’atelier du sculpteur. «La symbolique de cette œuvre colle tout à fait à Neufchâteau puisque le sanglier est à la fois le symbole de l’Ardenne mais aussi celui de la province de Luxembourg», a commenté Christian Kellen lors du conseil communal.

Au total, le sanglier pèsera 700 kilos. Quatre tonnes avec les pylônes en pierre bleue. Ses dimensions impressionnent: haut de 4,77 mètres, il aura une longueur de 3,94 mètres et une circonférence de 4,11 mètres. Mais on est encore loin de Woinic, le plus grand sanglier du monde, qui est devenu le symbole des Ardennes françaises. La sculpture de Philippe Dumont a été conçue pour que les visiteurs viennent se photographier en dessous. Pour le bourgmestre, acquérir cette sculpture était une opportunité de «disposer d’une œuvre unique en son genre».

«Un projet mégalo»

La minorité de son côté n’a pas manqué de critiquer le choix d’acquérir cette statue. «Ce n’est pas une priorité pour la commune», relève Yves Évrard (Énergie +) «C’est un projet mégalo, hors norme», s’agace Éric Meunier, du groupe Énergie +. Le coût de l’œuvre, surtout, a fait tiquer l’opposition. «C’est un projet dispendieux. Le coût s’élève à 170.000 euros. Ce à quoi il faut ajouter 20.000 euros par an pour l’entretien et l’assurance», souligne-t-il. Une acquisition onéreuse, mais que le bourgmestre n’estime pas démesurée, puisqu’elle sera subsidiée en grosse partie. «Nous avons obtenu des subsides auprès du Commissariat Général au Tourisme à hauteur de 80%. Vu le caractère unique de l’œuvre et son intérêt régional, l’effort a été poussé au niveau supérieur. Au total, le coût s’élèvera à 34.000 euros pour la Ville», détaille-t-il.

Le plus grand sanglier urbain d’Europe devrait être installé à l’entrée de Neufchâteau en mai 2018. Philippe Dumont a l’intention de prendre contact avec le Guinness Book afin d’inscrire son œuvre dans le célèbre livre de records. À terme, la Ville souhaite aussi faire des représentations réduites du sanglier qui seront vendues dans les commerces de la localité.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Neufchâteau

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Neufchâteau