Namur - Plongée unique au cœur d’une peinture géante

Alors qu’elle souhaitait au départ la restaurer pour l’exposer au public, la Ville de Namur avait finalement décidé de pas montrer au public le «Diorama des Batailles de la Meuse». Cela aurait coûté trop cher de monter un événement autour de cette œuvre géante d’Alfred Bastien, qui fait 8,5 m de haut sur 72 m de large.

À l’époque, le cabinet de Cécile Crefcœur, l’échevine namuroise de la Culture, nous assurait toutefois qu’un webdocumentaire serait bientôt mis en ligne, histoire que le public puisse quand même découvrir la toile et que cette dernière ne soit pas oubliée.

Ce webdocumentaire est maintenant accessible, justement. Il vient d’être lancé et a été présenté officiellement par la Ville de Namur et le «War Heritage Institute», dépendant du ministère de la Défense. Sur le site web (entièrement gratuit) www.bataillesdelameuse.be, la toile est donc visible. Elle est surtout enrichie de nombreuses photos d’archive ou de vidéos, principalement des explications données par des historiens.

Numérisation en 42 photos

Ce projet est le résultat d’un important travail. La toile a d’abord été en partie restaurée avant d’être numérisée. Vu la taille de l’œuvre, la numérisation du Diorama a nécessité une semaine de préparation, une journée de prises de vue et trois jours de post-production pour reconstituer l’image: 42 photos différentes ont été prises, et cinq personnes y ont travaillé.

Après cela, un autre travail, plus pédagogique, a été effectué pour réaliser le webdocumentaire. Ce dernier comporte un thème musical spécifique, 19 zones interactives, 380 photos d’archives, 24 interviews d’experts… Il donne aussi accès à quatre vidéos de reconstitution de scènes de l’époque, comme lors du sac de Dinant.

L’idée est de faire «vivre» le Diorama et de permettre de comprendre le contexte dans lequel il a été peint.

C’est en effet l’invasion de notre région par les Allemands, lors de la première Guerre Mondiale, qui y est décrite.

Si on peut toujours regretter que le «Diorama» ne soit pas exposé au public, le projet, il faut le reconnaître, reste intéressant. Les 91.000€ dépensés par la Ville de Namur n’auront pas servi à rien.

C.H. - équipe de rédaction

Autres actualités à Namur

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Namur