Namur - Le cannabis thérapeutique fait son entrée à Namur

Le joint, objet de fantasmes pour certains, la main du diable pour d’autres, confère au cannabis une réputation sulfureuse. De jeunes entrepreneurs audacieux pourraient bien redorer l’image de cette plante, une des premières domestiquées par l’homme, au Néolithique, probablement en Asie. Le cannabis thérapeutique est né. Kesako? Une sorte de cannabis light, dépourvu de sa substance psychotrope, le THC, ou en contenant une dose infime, en dessous de 0,2%. En revanche, le produit contient du CBD, un autre composant du cannabis, une molécule thérapeutique qui ne remplace aucun traitement médical mais qui a une réelle influence sur le stress et la détente et qui peut aider à supporter la douleur causée par certaines maladies. Ses bienfaits, les effets antidouleur et anti-inflammatoires ont été clairement mis en évidence par plusieurs études scientifiques. La plante, polymorphe, produit plus de 80 cannabinoïdes qui ont des effets thérapeutiques avantageux et beaucoup d’applications possibles.

Le cannabis thérapeutique ou médical est autorisé dans de nombreux pays européens, dont les Pays-Bas (depuis 2001), l’Allemagne, l’Autriche, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Finlande, l’Italie, le Portugal… Hors Europe, on notera l’Uruguay (2013) et depuis peu le Canada a rejoint les rangs. On bénéficie donc déjà d’un certain recul. Mais c’est du modèle suisse, en vigueur depuis 2017, que s’est inspiré Maxime Carrot pour créer Marcel. «On s’est bien évidemment renseigné auprès de juristes», précise Maxime. « La loi européenne est actée mais la Belgique ne joue pas le jeu et il faudra encore un peu de temps pour une légalisation structurée», ajoute le responsable de la boutique de la rue Haute Marcelle à Namur.

Alors, le cannabis thérapeutique, hors-la-loi ou non? «Nous achetons en Suisse, nous payons une taxe d’importation, la marchandise reste en douane une dizaine de jours et est contrôlée en labo avant d’arriver chez nous. Tout est absolument transparent et vérifié et nous mettons un point d’honneur à nous conformer à la procédure», explique le jeune entrepreneur.

L’arrivée du CBD est vue d’un bon œil par certains consommateurs en recherche de l’effet relaxant, anxiolytique, voire antidépresseur plutôt que l’effet «planant» produit par le THC. Sortir de la clandestinité, avoir une garantie sur la qualité et éviter la «défonce» sont des points essentiels qui risquent fort de détourner du cannabis traditionnel.«Beaucoup de consommateurs en ont assez de l’herbe et de ses côtés négatifs. Pour eux, c’est une bonne alternative», commente Stéphane Gabrys de Green Power, rue des Croisiers à Namur.

Le cannabis médical pourrait aider des personnes en bonne santé confrontées aux multiples problèmes du vieillissement, de même que des gens atteints d’une maladie neuro-dégénérative. «De plus en plus de personnes âgées franchissent la porte, d’elles-mêmes ou envoyées par leur médecin. Leur demande va dans le sens d’un soulagement de la douleur», confirme Stéphane. Et d’ajouter: «J’ai un client atteint d’un lymphome qui gère beaucoup mieux les effets secondaires de sa chimio grâce au CBD et qui a même arrêté la morphine».

L’idée des fondateurs est de donner une nouvelle image à un produit qui a plus d’un atout. Le chanvre est une plante qui regorge de bienfaits et dont on utilise toutes les parties. Les magasins offrent différents articles tels que la farine, les graines, véritables petites bombes d’oméga 3 et 6, l’huile, qui en contient tout autant, les savons, les baumes et les liquides pour cigarettes électroniques.

Une fédération, la FECAB, est en train de voir le jour, sous la houlette de ces quelques convaincus accompagnés de juristes, et a pour but de donner une éthique à la profession, d’établir une marche à suivre vers une réglementation et une déontologie.

Tout cela semble très prometteur et même si s’inquiète du côté des autorités communales, on peut imaginer que le chanvre pourrait bien retrouver ses lettres de noblesses. L’avenir nous l’apprendra.

Carine Cordier - équipe de rédaction

Autres actualités à Namur

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Namur