Namur - Les commerçants namurois sont sympas!

Informaticien de formation, chef du département informatique du CHU UCL Namur, Philippe Santantonio est habitué à la rigueur binaire. Sans doute a-t-il voulu réveiller la créativité qui sommeillait en lui en suivant il y a cinq ans une formation dans la section photographique de l’ILFoP à Namur. «Cette formation m’a permis de m’évader. Proposer un regard différent sur le monde qui nous entoure et se servir de la technique photographique pour interpeller, voilà mon souhait», explique-t-il.

«Durant cette formation, les professeurs nous incitaient à aller vers les autres, à chercher le contact avec les personnes photographiées, sans vouloir prendre un cliché à la sauvette», poursuit Philippe Santantonio. «Je suis de nature discrète et réservée, aller à la rencontre de l’autre n’était pas évident pour moi, c’était un véritable défi. L’appareil photo entre les mains est devenu un instrument thérapeutique, un déclencheur de découvertes et d’émotions».

Depuis, qu’il soit en voyage à Cuba, à New-York ou qu’il se promène en Belgique, le photographe namurois cherche à accrocher le regard de la personne qu’il photographie, à entrer en contact avec elle. Dans ses portraits, généralement, la personne regarde l’objectif. Ses clichés sont donc autant de rencontres humaines, toujours enrichissantes.«D’abord un regard, souvent un sourire: la photographie suscite les rencontres ».

En se promenant à Namur en février 2017, Philippe Santantonio a été interpellé par les cellules commerciales vides, les a photographiées et a publié une soixantaine de clichés sur sa page Facebook. «J’ai été surpris par les nombreuses réactions qu’ont suscitées ces photos, les commerçants laissaient des commentaires où ils témoignaient de leurs difficultés et où ils critiquaient la gestion de la ville. Après ce constat un peu négatif, j’ai voulu faire quelque chose de plus positif et j’ai commencé, il y a trois semaines, à entrer chez les commerçants du centre-ville namurois pour faire leur portrait. Je me promène généralement le samedi après-midi, je choisis les commerces en fonction de ma déambulation, j’explique ma démarche au commerçant et s’il est d’accord, je prends quelques clichés. Le tout ne prend que quelques minutes. Ensuite, je publie ces photos sur ma page Facebook et sur mon site internet. Je voudrais arriver à une centaine de portraits

La démarche est donc bénévole, désintéressée et non commerciale. Le photographe évite volontairement les grandes enseignes et se limite au centre-ville de Namur mais n’exclut a priori aucun type de commerce. Sa série de portraits, intitulée «Les commerçants de Namur sont sympas», suscite des réactions positives sur Facebook, d’autant qu’au début, les internautes étaient invités à deviner de quel commerçant il s’agissait. «Je vais encore aller me promener une fois puis je clôturerai ma série. La Compagnie de Cadres, à Erpent, m’a proposé d’exposer ces portraits dans son magasin dès le 22 mars. Je vais donc m’atteler à monter cette exposition ».

Rendez-vous à la Compagnie des Cadres, à Erpent, pour découvrir le travail de Philippe Santantonio, sur sa page Facebook ou sur son site (www.photo24x36.be). Il est aussi l’auteur de la grande fresque végétale photographique qui accueille les visiteurs de la Clinique Ste-Elisabeth. Il a également participé en 2016 au collectif ISO 1.4 où quatre photographes namurois ont réalisé 52 semaines de photographies sur Namur (www.iso1point4.be).

Ch. Rasir - équipe de rédaction

Autres actualités à Namur

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Namur