Namur - Correcteo, la start-up qui soutient les étudiants

Chaque année, des milliers d’étudiants doivent présenter un mémoire de fin d’études (ou TFE) afin d’obtenir un diplôme au sein de l’enseignement supérieur. Pour certains, l’accompagnement au cours de la rédaction de ce travail n’est pas assez personnalisé. Correcteo veut accompagner ces étudiants dans le besoin.

Beaucoup de jeunes sont passés par là: le travail de fin d’études ou mémoire. Ces étudiants se réfèrent tout au long de leur travail à un promoteur, membre du personnel académique de leur école, qui va les aider et les conseiller dans leurs démarches. Mais il est parfois difficile de travailler main dans la main avec ce promoteur pour des raisons diverses.

Correcteo veut apporter une assistance supplémentaire à ces étudiants qui se sentent livrés à eux-mêmes ou ceux qui veulent mettre toutes les chances de réussite de leur côté, tout simplement.

Présents dans les cinq grandes villes estudiantines francophones (Liège, Namur, Mons, LLN, Bruxelles), les coaches de Correcteo apportent leur savoir-faire et leur expérience grâce à des rencontres régulières et un accompagnement personnalisé et individuel.

Une demande importante à Namur

Lancée en juin 2017, la start-up va connaître son vrai baptême du feu lors du second quadrimestre, dernière ligne droite académique. «Grâce au site, on peut géolocaliser la demande. Il est vrai que sur Namur, il y a un nombre de sollicitations grandissant. C’est sans doute dû à l’important tissu académique autour de Namur», explique Quentin Demey, le fondateur.

La start-up propose quatre types de service, un coaching individuel, un e-coaching pour les étudiants en stage à l’étranger, une correction finale et une préparation à la défense orale.

Le milieu académique mitigé

Face à cette initiative, le monde académique a un sentiment mitigé. «Certains établissements trouvent cela très bien, mais d’autres voient cela comme de la triche. Je veux rappeler que l’on ne fait rien à la place de l’étudiant. On l’aide, on le guide, on le conseille, mais on ne passe pas la présentation à sa place», se défend le fondateur.

Quoi qu’il en soit, l’équipe d’une cinquantaine de coaches se tient prête à aider les futurs diplômés. Une soixantaine d’étudiants namurois ont déjà franchi le pas.

N.G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Namur

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Namur