Mons - Trois questions à Michel Drucker

Le 11 novembre, vous vous produirez au Théâtre royal de Mons…

–J’ai hâte d’y être. Tous mes copains m’ont parlé en bien de Mons. Ils m’ont surtout décrit le théâtre, qui est une merveille. J’ai vu tous les plans. Ça m’a plu. J’ai aussi rencontré la responsable de la culture de la Ville (NDLR: Savine Moucheron). J’ai déjà eu un peu le temps de visiter le centre-ville. La place est charmante. De nombreux amis viendront comme moi se produire à Mons: Julien Clerc, Olivier de Benoist, Bernard Lavilliers… Et la veille de mon spectacle, Pierre Arditi jouera sa pièce.

Et que pensez-vous du public de la région?

–C’est un public formidable. Je n’ai pas encore réalisé la captation de mon spectacle. J’envisage de le faire à Mons. Les publics belge et français sont totalement différents. En Belgique, les spectateurs sont plus chaleureux. Ils ont beaucoup d’humour. Ils ne sont pas coincés comme beaucoup de publics peuvent l’être… Les Français ont beaucoup à apprendre d’eux.

Vous rendez-vous souvent en Belgique?

–Oui, passer un week-end à Bruxelles, c’est une merveille. C’est une des rares villes où je peux passer un city-trip. Avec le Thalys, c’est la porte à côté. Les gens sont tellement gentils. Ils sont simples et marrants. L’humour belge, ce n’est pas une légende. Qu’est ce que j’ai pu rire en Belgique.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Mons

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Mons