Momignies - C’est la journée de la femme!

Par différents outils culturels (capsules visuelles, théâtre, quizz, improvisation, interaction avec le public) la journée abordera par des situations fortes, décalées et drôles la représentation et l’emprise ancestrale de l’homme sur le corps de la femme. Et comment s’en libérer, le chemin vers une réappropriation de son corps, vers l’épanouissement et la liberté.

Le sexisme dans l’espace public, la stigmatisation des femmes, le harcèlement… seront au centre des échanges et des débats avec l’apport, l’expérience, les études et les interventions des différents professionnels.

Cette journée a pour objectifs d’informer, de sensibiliser, d’apporter une prise de conscience, de susciter une approche frontale et de développer un esprit d’analyse critique sur ce sujet liée à l’image, à l’intime de la femme. Un espace sera consacré à l’échange, à l’expression pour dégager des pistes de réflexion qui pourront favoriser la libération de la parole et l’émancipation de la femme.

Ces sujets brûlants qui font l’actualité, ces discours, ces comportements sexistes, ces enjeux liés à la sexualité des femmes existent bel et bien dans notre société et ne sont liés ni à l’appartenance à une classe sociale ni à une région spécifique.

Pour cette organisation, nous attendons un public certes composé de femmes et nous souhaitons également accueillir la gente masculine, d’ailleurs le prix d’entrée pour une femme accompagnée de deux hommes sera diminué de moitié. Organiser cette activité un dimanche est une première, nous avons la volonté de sensibiliser les femmes et les hommes qui travaillent et qui n’ont pas l’occasion de se libérer en semaine.

Au programme, deux capsules de l’Asbl Média Animation. La première s’intitule «Princesses Disney: femmes sous influence». Les héroïnes de Disney servent inlassablement de modèles aux petites filles de moins de dix ans. Mais qui sont-elles vraiment au-delà de leur apparence? Comment se comportent-elles? Sont-elles porteuses de plusieurs stigmatisations de la femme? Renvoient-elles aux normes sociales en vigueur dans nos sociétés?

La deuxième s’intitule «La culture du viol, c’est pas de la fiction». Dans l’imaginaire collectif, lorsqu’on parle de viol, on a tendance à imaginer une jeune fille frêle et sans défense, contrainte physiquement par un inconnu dans une ruelle sombre. Pourtant en Belgique, le viol est commis dans 75% des cas par une personne connue de la victime et 2/3 des viols se passent dans la sphère intrafamiliale. Pourquoi ce décalage entre la réalité et lka conception populaire du viol? Pourquoi près de 50% des délits sexuels ne sont pas déclarés aux services de police?

Il y aura aussi un spectacle «La révolution des petites culottes». Aujourd’hui encore, le plaisir sexuel féminin reste parfois inavouable et déconsidéré. A travers trois situations fortes et décalées, ces croqueuses de pommes tentent de comprendre d’où vient l’emprise ancestrale de l’homme sur le corps de la femme et comment s’en libérer. La révolution commence aussi dans nos petites culottes, qui sait?

L’asbl Improcarolo viendra jouer son spectacle «Chiche».

La participation aux frais est de 10 € par personne, une femme accompagnée de deux hommes verra son prix d’entrée ramené à 5 €. Les inscriptions sont souhaitées au plus tard pour le jeudi 8 mars 2018.

Téléphone? 060/51 24 60

- équipe de rédaction

Autres actualités à Momignies

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Momignies