Marche-en-Famenne - Ils se diront «oui» au Château Jadot

« Ce fut presque un jeu de piste, y compris pour le service de l’État civil », commente l’échevine de l’État civil, Valérie Lescrenier. «Depuis 2016 et le choix du Collège communal d’installer la nouvelle salle des mariages au Château Jadot, suite à l‘extension du Musée de la Famenne, nous avons dû trouver des solutions provisoires. Mais l’attente en valait franchement la peine et on connaissait l’attachement des Marchois à conserver leur salle des mariages en centre-ville!».

Cette fois, c’est dans un lieu définitif que les futurs mariés seront accueillis. Les travaux entamés il y a six mois au rez-de-chaussée du Château Jadot, propriété de la Ville, sont terminés. L’objectif était de ne pas perdre l’esprit de la maison, bâtiment exemplaire d’un certain style architectural. Il fallait garder cette identité tout en lui donnant la dynamique d’un bâtiment d’aujourd’hui, avec de nouvelles fonctions puisqu’il devient un espace public.

«Ce bâtiment a une longue histoire et il est en quelque sorte le symbole de ce que nous avons voulu reconstituer: le cœur de ville. Nous n’avions pas d’emplacement pour le stationnement, à cause notamment d’un muret devant. Nous avons fait la petite place avec le Petit Siffleur, et des places de parking à l’avant et à l’arrière», constate le bourgmestre, André Bouchat. «Ensuite, nous avons décidé de rénover le bâtiment en lui-même.»

Le Collège communal a parfois dû faire face à des demandes étonnantes, comme lorsque des commerçants ont proposé en son temps de raser le bâtiment et de transformer le site en parking à étages: «Nous avons refusé», se souvient le bourgmestre.

L’extérieur du Château Jadot, on l’aime ou on ne l’aime pas. « Ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus beau, même si cette brique jaune est d’une solidité à toute épreuve», commente André Bouchat. « Ce bâtiment est cependant un témoin unique de la vie à Marche-en-Famenne et cette typologie est à préserver. Et l’intérieur est un témoignage vivant de ce qu’était la bourgeoisie au début du 20e siècle, avec les boiseries, l’escalier monumental, les œuvres d’art que sont les chinoiseries…»

Le travail d’architecture et de restauration réalisé à l’intérieur est déjà salué unanimement. Au point que c’est tout un espace qui a repris vie. «C’est une merveille et je remercie tous les intervenants de ce chantier. Demain, nous pourrons donner des conférences, organiser des petits événements culturels…», précise le bourgmestre qui a annoncé que la prochaine étape serait d’abattre les garages situés à l’arrière pour redonner au parc son lustre d’antan et renforcer encore le cœur de ville.

La voix de la mezzo-soprano Marie-Catherine Baclin a résonné dans les murs du Château pour l’inauguration et a laissé entrevoir le potentiel du lieu. D’ici quelques jours, les futurs mariés de la commune se diront «oui» dans ce beau décor du début des années 1900.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Marche-en-Famenne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Marche-en-Famenne