Malmedy - Des dessins et des photos du Cwarmê exposés au Malmundarium

Depuis tout petit, Bernard Guilleaume ne peut plus se séparer de son crayon ordinaire (comme disent les instituteurs dont il fait partie). Il observe et croque ce qui l’entoure, souvent avec une vocation humoristique. « Ce qui me plaît, c’est que c’est le dessin qui touche les gens, ce sont les personnages qui sont appréciés, indépendamment de moi. Une fois qu’il est lancé, mon dessin a sa propre vie. C’est sympa de voir que les gens les partagent sur Facebook ou d’en entendre parler

Et comme tout bon Malmédien, Bernard Guilleaume se sent particulièrement inspiré par le Cwarmê. « C’est quelque chose qui me touche plus, qui me tient à cœur. Les gens sont très réceptifs à cette thématique et ils sont très demandeurs. » Une quarantaine de ses plus belles illustrations seront affichées au Malmundarium durant deux petits mois, visibles ainsi des Malmédiens, mais également des touristes qui fréquentent le musée. « C e sont essentiellement les dessins que j’ai publiés via Impact FM ou sur Facebook au fur et à mesure de l’année qui y seront exposés, mais je les ai recréés dans un format A3 et je les ai un peu retravaillés pour l’exposition.»

En plus des dessins de Bernard Guilleaume, cette nouvelle exposition consacrée au carnaval malmédien permettra aussi aux visiteurs du Malmundarium de découvrir les clichés de Marc Gerardy. « J’ai dû commencer à faire des photos vers 15-16 ans, c’était encore de l’argentique à ce moment-là. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours eu un appareil photo en main, même si ce n’était pas de manière aussi intensive et qualitative que maintenant. » Depuis cinq ans, le photographe a transformé sa passion en métier, même s’il ne parvient pas à en vivre à temps plein au vu du nombre de confrères sur le marché.

Depuis ce dimanche, c’est une quarantaine de photos du Cwarmê qu’il expose au Malmundarium. « Les photos montrent l’ambiance durant les quatre jours du carnaval. J’aime voir le bonheur que les gens ont à défiler, à participer au carnaval… J’essaie de transposer dans les photos l’ambiance qu’il y a au Cwarmê, même si ce n’est pas toujours évident de faire ressentir ce genre de choses

Et pour y arriver, Marc Gerardy a sa petite technique: prendre des photos de loin, « pour que les gens ne soient pas en train de poser. Parce que quand ils posent, ça ne transcrit rien du tout ».

C’est la deuxième fois que le Malmédien expose ses clichés au grand public.

L’an dernier, certaines de ses photos du Grand Prix de F1 avaient été affichées à l’Abbaye de Stavelot dans le cadre d’un concours.

Élodie Christophe - équipe de rédaction

Autres actualités à Malmedy

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Malmedy