Liège - Un accueil itinérant pour les enfants de 1 à 3 ans

Porté par l’ASBL L’Arbre Essentiel, le Bébébus emmène chaque jour les accueillantes et le matériel nécessaire vers un local communal autorisé par l’ONE pour y installer une «crèche d’un jour». Du matériel pas trop lourd car il doit à chaque fois être installé dans le lieu d’accueil des communes par les accueillantes: en gros, des modules de psychomotricité en mousse, des jouets renouvelés à chaque passage pour encourager la découverte, une table et des chaises en plastique, des lits parapluie et du matériel de puériculture. Basé à Villers-le-Bouillet, le bus «dessert» pour l’instant les communes de Saint-Nicolas, Grâce-Hollogne, Herstal et Villers-le-Bouillet. Le Bébébus liégeois est née grâce aux dons récoltés lors de l’opération «Viva for Life» de Vivacité et le soutien de la Région Wallonne. « Pour l’instant, nous sommes cinq (quatre accueillantes et une coordinatrice) mais nous aimerions créer un emploi supplémentaire d’accueillante », explique Barbara Dutilleux, coordinatrice. Soutenu et contrôlé par l’ONE, le Bébébus ne bénéficie pas encore de ses subsides, ce qui serait indispensable pour sa pérennité. L’Asbl encore jeune doit faire ses preuves…

Pourtant le côté novateur du concept a tout pour plaire à la fois aux communes et aux parents et bien sûr aux enfants. « Nous travaillons en partenariat avec les communes, en particulier avec les Plans de Cohésion sociale. Les communes participantes fournissent un local aux normes en vigueur et font connaître l’activité à leurs citoyens via les CPAS, les consultations ONE ou les services de Cohésion sociale ».

Mixité sociale et culturelle

Le Bébébus vient compléter les offres de gardes déjà existantes et ne prétend pas les concurrencer. Le créneau est différent. « Nous nous adaptons aux besoins locaux. Pour l’instant nous sommes présents en zone rurale et en périphérie liégeoise. Nous sommes ouverts à tous les parents. Contrairement à une crèche par exemple, les parents ne doivent pas justifier de leurs revenus. Nous accueillons de fait beaucoup de parents en situation précaire où souvent l’enfant n’a pas l’occasion de fréquenter un milieu d’accueil. Cela permet aux mamans de souffler un peu, d’effectuer des démarches administratives ou de chercher un emploi ». La mixité sociale et culturelle, le prix accessible (5 euros la journée) sont des critères importants pour le personnel du Bébébus « Nous sommes un point de contact pour des familles souvent fragilisées. Nous devons mettre en confiance les parents pour qui ce n’est pas forcément dans la culture de laisser son enfant à d’autres. Nous rencontrons parfois des mamans fort isolées qui trouvent ici des conseils pour l’éducation de leurs enfants par exemple. Nous servons aussi de relais vers une assistante sociale ou un autre service ».

L’enfant peut fréquenter le Bébébus une fois par semaine. L’adaptation au lieu se fait par étapes. D’abord une heure avec un parent puis deux heures, une demi-journée sans les parents et enfin une journée. « Nous nous adaptons en fonction des enfants. Parfois cela peut prendre plus de temps ». Avec les enfants la barrière de la langue n’est pas forcément un problème « ils comprennent vite! ». Avec les parents, c’est parfois un peu plus compliqué quand il faut remplir les papiers, mais l’équipe sait s’adapter aux besoins et aux habitudes des familles avec tout le respect nécessaire.

Pour les petits, ce lien avec l’extérieur permet une socialisation. « Nous avons beaucoup de retour positif des parents sur le progrès de leurs enfants au niveau du langage, du partage ou de la propreté. Nous avons la chance de disposer de locaux assez spacieux, parfois même d’une cour ou d’un jardin ce qui leur permet d’explorer de nouveaux endroits ». Dans les tiroirs de cette Asbl dynamique, quelques projets mûrissent encore. Comme celui d’organiser un point de rencontre parents-enfants. Les accueillantes, Véronique, Pricillia, Stéphanie et Aurélie, sont en tout cas très fières de participer à un projet innovant: « C’est très différent d’une crèche. C’est plus convivial, plus familial. La population est plus précaire. Nous avons vraiment l’impression de leur venir en aide. Ici, les journées ne sont jamais les mêmes. Il faut être créatif et ingénieux ». En attendant, Elora, Ruby et Youssef s’en donnent à cœur joie pour escalader les coussins. Pour eux la journée d’exploration et de jeux ne fait que commencer!

Le Bébébus accueille les enfants de 1 à 3 ans le lundi à Herstal, le mardi à Saint-Nicolas, le jeudi à Grâce-Hollogne et le vendredi à Villers-le-Bouillet, de 9h à 16h. Tél.: Barbara Dutilleux 0473 76 86 30 – larbreessentiel@gmail.com

Nadine Romieu - équipe de rédaction

Autres actualités à Liège

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Liège