Liège - Hommage à notre Marcatchou

Nous avons appris avec tristesse la mort de Jean-Denys Boussart ce 9 mai 2017, à l’âge de 77 ans. Toute l’équipe du Vlan-Spectacle le connaissait bien puisque Jean-Denys a écrit pendant presque trente ans pour notre journal. De 1988 à 2015, il était notamment l’auteur de notre éditorial, qu’il signait Marcatchou, du nom de ce pêcheur d’Outremeuse qui avait la caractéristique de garder ses asticots dans sa bouche… Notre Marcatchou, lui, ne gardait pas sa langue en poche et avait le don de signer des éditoriaux interpellants, parfois cinglants, toujours intéressants, tant le destin de sa ville et de son quartier de St-Pholien lui tenait à cœur.

C’était une fameuse plume, la meilleure d’entre nous, érudite et poétique. Jean-Denys était un fameux personnage qui aimait la fête et les contacts humains. Je pense que c’était surtout pour pouvoir nous rendre visite chaque semaine qu’il venait apporter en nos bureaux son éditorial tapé à la machine. Pas question de lui demander de nous l’envoyer par mail… D’autant que ses visites étaient assez savoureuses, Jean-Denys étant toujours accompagné de son chien, «Poyette». En échangeant quelques mots, il réussissait chaque fois à m’apprendre quelque chose sur l’histoire liégeoise.

Guide pour l’office du tourisme de la Ville de Liège, président de la fédération des groupes folkloriques wallons, professeur de wallon pour ses amis du Caveau Liégeois, Jean-Denys avait une vie sociale très remplie. Il était constamment sollicité mais tenait beaucoup à son rendez-vous hebdomadaire avec nos lecteurs et n’a jamais renoncé à un seul éditorial. Il fallait parfois s’accrocher pour l’obtenir, retarder la mise en page, le rappeler, et puis c’était le miracle: un ou deux feuillets A4 dactylographiés arrivaient sur mon bureau, plein d’histoire et de poésie. Au vu des caractères d’imprimerie, je savais où Marcatchou avait tapé son édito, changeant de machine à écrire en fonction de ses pérégrinations et de ses nuits. Car la vie de Jean-Denys était parfois chahutée et l’homme savait être charmeur… La période du Village de Noël, dont il était le mayeur, était évidemment la plus mouvementée.

Marcatchou n’écrit plus et Jean-Denys ne viendra plus. Liège perd l’une de ses personnalités les plus attachantes. Il était l’âme du Village de Noël, l’âme d’Outremeuse et celle du Vlan-Liège, aujourd’hui en deuil.

Ch. Rasir. - équipe de rédaction

Autres actualités à Liège

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Liège