La Louvière - Faire son marché pour mieux créer et développer son projet

Le salon mis sur pied par la Ville de La Louvière rassemble tous les experts de la création et du développement d’entreprise en un seul lieu pour aider les porteurs de projets.

Créer son activité ou la développer nécessite une implication quotidienne et une motivation sans faille. Mais dans le creux de la vague ou au début d’un projet l’on peut parfois bénéficier de précieux coups de pouce inespérés, sous la forme de primes, d’expertises, de conseils, d’ateliers.

Le salon «Entreprendre», mis sur pied par la Ville de La Louvière offre cette possibilité aux jeunes entrepreneurs ou demandeurs d’emplois en recherches d’orientation. Plutôt que d’effectuer les démarches vers les sociétés de consultances, la ville a décidé de les rassembler, en un seul endroit et une seule journée.

Unique en son genre

La deuxième édition aura lieu le 27 avril prochain, à la Maison des Associations à La Louvière de 13 à 18h. L’an dernier, pas moins de 80 personnes s’y sont présentées.

«L’intérêt c’est de pouvoir trouver au même endroit l’ensemble des organismes qui nous aident pour la création de projets. De mon point de vue, c’est peut-être le seul événement de ce genre dans la région de La Louvière qui permette de voir du monde, d’échanger et de partager», explique Antoine Giansante qui a notamment bénéficié des conseils d’Avomarc, du Coworking et de la Maison de l’Entreprise pour créer sa société Teamm qui a notamment créé la marque du MARS à Mons.

L’avantage du salon c’est de pouvoir prendre en charge les porteurs de projets dès le début. «Parfois, lorsque l’on prend un projet en cours de route, c’est difficile, car on se rend compte que des choses n’ont pas été faites. Il faut tout refaire. Il est toujours mieux de venir parler de son projet à la commune qui doit jouer un rôle facilitateur», explique-t-on à la ville.

Un bon premier pas

«J’avoue que je ne savais pas ce que j’allais y trouver», précise Mirella Profeta, qui a créé sa société les Pâtes à Mi. «La rencontre avec l’AFSCA a été très intéressante. J’ai rencontré des gens positifs et cela fait du bien parce que c’est le genre d’organisme qui peut faire peur. C’était un bon premier pas. Ce n’est pas magique, car il faut continuer ensuite, retrousser ses manches et rester dans le mouvement parce que cela redescend très vite. L’une de mes premières questions a été de savoir si je pouvais cuisiner dans ma cuisine familiale.»

Outre l’AFSCA, les porteurs de projets pourront s’entretenir avec des couveuses (Avomarc) et des guichets d’entreprises (Securex, UCM) des organismes de formations (PME3000, Carrefour Formation), les services de l’urbanisme et de l’environnement de la ville (pour les permis), des sociétés de financement (Credal et Microstart.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à La Louvière

Articles les plus populaires

Les promotions autour de La Louvière